L’économie Mondiale en chute libre

Ce lundi 29 Septembre 2008 est une date qui marquera l’histoire. Aujourd’hui le plan de sauvetage de 700 milliards de dollars pour racheter les crédits “pourris” du secteur financier par le contribuable américain vient d’être rejeté dans sa deuxième version (passant de 3 pages a 110 pages ) par la chambre des représentants. Résultat, Wall Street a perdu pied et le Dow Jones a perdu 777 points, la baisse la plus importante (en terme de points) de tous les temps. De même l’indice “Standard & Poor 500” plus représentatif de la valeur réelle du marché a perdu presque 9 %, la plus grosse dégringolade depuis 20 ans.

Le plan n’est pas passé à 12 voix près, les Républicains et Démocrates se déchirent pour désigner les responsables de cet échec. Dans cet exercice les républicains se montrent très agressif alors que leur camp a voté majoritairement non, contre le mot d’ordre de Bush et McCain, ils vont même jusqu’à accuser le discours “engagé” de Nancy Pelosi précédent le vote comme la raison d’une large défection dans leur rang. L’argument est léger, mais ne doit pas faire oublier que les démocrates n’ont pas tous voté pour le plan, que ce soit par conviction que le plan n’était pas bon (comme Kucinich) ou par peur de froisser l’électorat qui doit décider ou non de reconduire certains élus lors des élections en novembre.

La panique s’est installée à Wall Street de manière exponentielle depuis la “nationalisation” des deux plus grosses entreprises de prêt immobilier (Fannie May et Freddie Mac), mais aussi à Washington depuis que le secrétaire au trésor Henry Paulson et le patron de la Fed Ben Bernanke plaident pour obtenir de l’État ce chèque mirobolant de 700 Milliards de dollars.

Il est désormais certain qu’un changement majeur est en train de s’opérer d’un point de vue économique et géopolitique à l’échelle de la planète. Mais il est bien difficile d’évaluer tous les acteurs futurs et l’étendue du changement à venir.

Divagations à propos de l’économie Française

En trois semaines, c’est un cataclysme qui a secoué l’économie mondiale au travers de Wall street, celui-ci était largement prévisible dés lors que le fonctionnement des “subprimes” s’est heurté à une baisse du marche immobilier. Les seuls à ne pas avoir voulut se faire le relais de ce problèmes sont les politiciens, que ce soit Bush, McCain ou Sarkozy, tous les partisans du libéralisme n’ont jamais eut l’honnêteté d’annoncer le désastre à venir. Sarkozy avait poussé le vice au moment où les USA découvraient le début de la crise de “subprimes” de faire une proposition identique à son électorat sous formes de crédits hypothécaires car il considérait que le faible endettement était une raison fondamentale de la croissance molle. Le site de l’UMP déclare à ce propos cette citation inouïe datant d’à peine un an et demi:

“Les ménages français sont aujourd’hui les moins endettés d’Europe. Or, une économie qui ne s’endette pas suffisamment, c’est une économie qui ne croit pas en l’avenir”

Si vous avez été rassuré la semaine dernière par le discours de Sarkozy a Toulon, je vous invite à regarder le discours de celui-ci à nouveau en le remettant en perspective vis-à-vis de l’actualité

Non, nous ne sommes pas passé à deux doigts de la catastrophe, nous sommes en plein dedans. Non, supprimer les parachutes dorés ne stoppera pas la crise, non il ne faut pas attendre de ceux qui ont provoqué la crise qu’ils s’auto-disciplinent car mossieur le président s’est fâché tout rouge . Et de qui parle-t-il d’ailleurs, des patrons de banques américaines ou française ? quel pouvoir a-t-il pour changer quoi que ce soit au fonctionnement de Wall Street quand il donne deux discours largement disproportionnés à deux jours d’intervalle entre New York et Toulon ? Et surtout pourquoi pas un mot sur les paradis fiscaux, sur la régulation des transferts de crédit au moins en Europe ?

Toutes ces questions ont une réponse simple, Sarkozy a offert au bon peuple un discours populiste et dirigiste sur le papier dont il ne fera que le quart et encore avec des portes de sorties pour ceux qui l’ont largement porté au pouvoir : les principaux défendeurs de l’ultra libéralisme que sont Bolloré, Lagardere, Bouygues, Dassault, Arnault etc…

D’un point de vue économique c’est l’ensemble du modèle vers lequel Sarkozy voulait nous amener qui vole en éclat, sans aucune chance d’un retour de crédibilité de ce modèle dans les années a venir.

Moins d’une semaine après son discours la crise s’enfonce: La banque Fortis (Benelux) est sauvée par des capitaux publiques, Londres nationalise Bradford & Bingley, Dexia est en difficulté (la France y injecte 1 Milliard d’euros) , la BCE met 120 Milliard d’euros de liquidité à disposition … Contrairement à ce qu’aurait voulu nous faire croire le président de l’union Européenne, la mondialisation expose largement l’Europe et la France à la crise économique venant de Wall Street. Quand le libre échange est roi, le libre échange d’emmerdes aussi…

2009 l’année de tous les changements ?

Nous ne savons rien de l’étendue des dégâts réelles aux USA, l’opacité des comptes des banques est un frein complet à une évaluation crédible de la réponse nécessaire à apporter pour stopper l’hémorragie… Paulson lorsqu’il a présenté son plan au Congrès n’était pas capable d’expliquer clairement si les 700 milliards peuvent couvrir les besoins, et encore moins quelles banques solliciteront l’aide du plan de sauvetage. Certain commentateurs parlent non pas de 700 milliards mais 5000 milliards pour enrayer la crise.

L’absurdité du système est telle qu’après que le plan de sauvetage ait été refusé, la bourse en plongeant a perdu une capitalisation de 1200 milliards de dollars, autrement dit les actionnaires ont fait disparaitre virtuellement de la table plus que ce que le gouvernement pourrait promettre afin de sauver les marchés.

La variable la plus inquiétante est liée à la logique même de l’économie de marché: La croissance comme moteur de notre société. Ce principe ce résume simplement : faire le plus de profit possible dans un premier temps, puis faire encore plus de profit l’année suivante sinon il n’y a pas croissance mais récession. Le principe même de la sacro-sainte croissante est responsable de cette course en avant vers les montages financiers pour cacher les pertes et créer des profits fictifs ou des profits a court terme ( les résultats des entreprises sont annoncés par trimestre). On entend bien peu de responsables publics évoquer le sujet et appeler à une maitrise de la croissance que ce soit pour le maintien du système sur le long terme mais aussi afin de prendre en main les problèmes apportés par les excès de cette croissance.

“Never before in the history of US capitalism had so much been asked of so many for, at least in the first instance, so few”

Aucun des deux plans de sauvetage n’ont apporté de proposition pour tarir la source du problème, l’impossibilité pour les propriétaires de payer leurs mensualités basées sur des taux variables en roue libre depuis que le secteur financier souffre. Cette irresponsabilité me fait largement penser à Tchernobyl: le manque d’anticipation, la naïveté des solutions proposées, mais aussi l’acharnement a ce que les nettoyeurs règlent le problème contre toute logique. Petite parenthèse: il me semble que lorsque l’on évoque la chute de l’Union soviétique , l’explosion de la centrale Ukrainienne soit un évènement largement plus primordiale ayant enclenché le déclin mondial de l’URSS bien avant la chute du mur à Berlin.

Bon partons du constat que le futur plan de sauvetage numéro 3 passe au Congrès, que celui ci soit suffisant pour stabiliser l’économie, malgré tout, dans le mois à venir d’autres banques fermeront, les USA rentreront en récession en espérant éviter une dépression de longue durée, le chômage partira en flèche, l’endettement aussi et les américains devront changer radicalement leur mode de vie. Leur capacité militaire en sera fortement réduite et le retrait rapide des troupes en Irak, en Afghanistan sera une nécessité, l’impossibilité de réagir sur d’autres front laissera de l’espace à la Russie et à la Chine pour prendre leur essor stratégique. Les USA perdront en l’espace de deux ans leur leadership économique dont l’Union Européenne (trop liée a Wall Street) ne pourra prendre le relais. La Chine possédant une part très importante de la dette américaine pourra ainsi imposer sa domination économique (avec toutes les craintes que leur inexpérience capitaliste peut soulever). La multiplication des pôles économiques, militaires, diplomatiques succédant à la disparation de la superpuissance américaine exacerbera alors les protectionnisme et les tensions inter-étatiques…

Ou alors ce sera pire ?

Franchement j’ai beaucoup de mal à anticiper l’impact que pourrait avoir cette crise du point de vue géopolitique ou même dans mon quotidien aux USA.

Cette double crise économique et politique est elle le véritable signe du déclin des USA ? ou est ce le déclin de la civilisation occidentale dans son ensemble ?

Edit : Michael Moore s’exprime sur la version deux du plan de sauvetage

Rubrique : Actualités


11 Comments

  1. Le pilier
    Tuesday 30 September, 2008

    En France les caisses sont vides, dixit Sarkozy (propos repris depuis régulièrement par tous les journalistes obéissants…) mais on trouve facilement 3 milliards pour aider Dexia…
    Rien d’autre à rajouter…

  2. Tuesday 30 September, 2008

    Ils vivent depuis trop longtemps au dessus de NOS moyens!
    Le nombre de milliardaires a trop augmenté (et on nous explique que la pauvreté a diminué:c’est faux!)
    Trop d’années de croissance (non répercutée sur les salaires et hâppées par les plus hauts revenus) font que le contre coup était inévitable!

  3. Tuesday 30 September, 2008

    Voir ce petit documentaire sur le fonctionnement de l’argent que j’ai découvert aujourd’hui et qui répond à pas mal de réponse et apporte un point de vue complémentaire à cet article :
    “L’argent Dette” :
    http://www.bankster.tv/videos.htm
    Ce petit documentaire est aussi dispo en anglais sur Google Vidéo “Money as dept”.
    Très instructif, il explique simplement l’historique et le fonctionnement de notre système monétaire ou l’argent = la dette et où un défaut de croissance enraye la machine. On y comprend mieux d’ailleurs la citation du site de l’UMP qui n’est pas dénué de sens. Notre système monétaire est de plus en plus basé sur la croissance, vu que la croissance ne peut être éternelle (il faudrait des ressources inépuisables), il ne peut que se casser la gueule.

  4. Wednesday 1 October, 2008

    @ Eric : malheureusement je ne penses pas que les legislateurs americains ou europeens vont oeuvrer pour mieux repartir la croissance, ils vont deja essayer de redorer l’image du systeme en punissant quelques bouc emissaires, mais il ne remettront pas la repartition en cause, simplement il votn essayer de “decriminaliser” en apparence le systeme. Comment se fait il que personne ne soit pres a delister une entreprise en bourse des lors qu’elle fait appel au paradis fiscaux pour nettoyer ses comptes. Franchement ?

    @ Sylvio
    Merci pour le lien que je vais regarder tout de suite. La citation de l’UMP est probablement pas denue de sens, masi son objectif n’etait pas monetaire il etait surtout politicien avec un but clair de gonfler la croissance par l’endettement. D’ailleurs l’endettement des menages est il decompte lorsque l’on calcule la croissance? son impact ne devrait il pas etre negatif ?

  5. malone
    Friday 10 October, 2008

    Nous constatons tout d’abord que si la monnaie existe, c’est parce que des humains l’ont créée, elle ne pousse pas toute seule comme un brin d’herbe entre deux pavés. La fonction de créer la monnaie s’appelle la création monétaire, c’est le terme consacré par les économistes. Un simple jeu d’écriture suffit à créer la monnaie. Jusque là nous restons en plein accord avec la théorie officielle.
    Posons nous maintenant une question laissée dans l’ombre, mais fondamentale pour toute société humaine: Qui doit créer la monnaie ?

    – Si la monnaie est créée par un organisme public comme la banque de France, la monnaie est propriété publique, la société civile est bénéficiaire directe de l’émission, ce qui est justifié puisque c’est elle qui est à l’origine de toutes les richesses disponibles sur le marché.
    – Si la monnaie est créée par un organisme privé comme une banque commerciale, la monnaie devient propriété des actionnaires, elle est alors prêtée à la société civile qui verse en retour des intérêts considérables aux actionnaires.

    Comme un défi au bon sens et à la faveur de l’obscurantisme ambiant, c’est ce dernier scénario qui nous est imposé. Sur ce point nous sommes en opposition totale avec la théorie officielle. L’endettement artificiel ainsi généré nous coûte 80 milliards d’euros par an, soit 1290 euros par an pour chaque citoyen. Les dernières émissions monétaires (dites aussi avances légales au Trésor) par la banque de France datent de 1973 !
    Depuis un siècle de nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer cette escroquerie, parmi elles des grands noms de la science économique comme Milton Friedman, Irvin Fisher et Maurice Allais.

    Sans contestation aucune, le problème le plus grave et le plus urgent posé à l’humanité est bien celui de notre système monétaire. Nous constatons chaque jour la dégradation de nos conditions d’existence sans être capable d’en déceler la cause première. Alors essayons d’y voir plus clair.

    Nous sommes dans un système où la monnaie n’est pas mise en circulation parce que nous avons travaillé, produit, et que nous méritons d’être payés. Non. Aujourd’hui, pour que la monnaie soit mise en circulation nous devons l’emprunter. Ainsi, la masse monétaire fait l’objet d’un recyclage permanent par emprunts et remboursements aux banques. Cela signifie qu’entre ces deux opérations la monnaie circule et que nous versons un intérêt aux banques. Si l’emprunteur est l’Etat, les intérêts sont inclus dans les impôts. Si l’emprunteur est une entreprise, les intérêts sont inclus dans les prix. Si l’emprunteur est un particulier il paie les intérêts de l’Etat et des entreprises plus ceux de son emprunt personnel. Ainsi chacun de nous est endetté malgré lui et nul ne peut échapper au paiement des intérêts. Si demain nous refusions de nous endetter, ce qui est parfaitement notre droit, il n’y aurait plus d’argent pour payer le travail. Il faudrait avoir un intellect vraiment mal construit pour accepter un pareil système en toute connaissance de cause. Les responsables politiques de tous bords ne maîtrisent plus les réalités et font de nous les victimes expiatoires de la finance. Ils portent ainsi une lourde responsabilité. Pour ne pas faire de vagues, les universitaires font semblant de ne s’apercevoir de rien. Dans le système corrompu où nous sommes : les emprunts auprès des banques privées se substituent aux versements directs de la banque centrale au Trésor Public. Il nous en coûte 80 milliards d’ euros par an soit plus de 2500 euros par seconde !.

  6. ledebutdelafin
    Friday 10 October, 2008

    Bombe glacée
    On connaissait les faillites de hedge funds, somme toute assez récurrentes ; puis l’on a vu des banques plus que centenaires disparaître corps et biens en quelques jours ; on a ensuite vu le premier assureur mondial imploser en quelques heures… Mais une nouvelle étape vient d’être franchie dans cette funèbre escalade puisqu’il existe désormais – au moins… – un Etat-nation en pleine banqueroute…Qui plus est, il ne s’agit pas en l’occurrence d’une lointaine république bananière mais d’un pays qui, même s’il s’en situe aux confins, fait bel et bien partie de l’espace européen, à savoir l’Islande.
    Sans doute lassés de fumer le hareng ou d’arpenter sur leurs fringants chevaux nains les landes battues par les vents, les Islandais ont décidé il y a quelques années de tout miser sur les activités bancaires et financières et, insensiblement, l’ile glacée de 300 000 habitants s’est transformé en une sorte de gigantesque hedge fund, colonisant façon Viking les circuits bancaires et financiers d’Europe du Nord, en Grande Bretagne notamment ou 300 000 particuliers et des escadrons de collectivités locales voient aujourd’hui leurs avoirs dans des succursales locales d’une des banques islandaises gelés, c’est le cas de dire…
    Car, pour l’économie-casino islandaise, le rêve a subitement viré au cauchemar avec l’explosion de la bulle globale du crédit : les 3 banques nationales ont fait faillite et la devise s’est effondrée de 50 % en quelques jours!
    Mais ce qui frappe surtout c’est la réaction du gouvernement islandais, qui, face à l’ampleur de la crise, s’est vu contraint de nationaliser tout le système bancaire…
    Comme nous l’écrivions mercredi, il n’y a vraisemblablement, et malheureusement, pas de solution alternative aujourd’hui et ce qui est vrai pour l’Islande l’est également pour des pans entiers du tissu financier (au sens large) américain ou européen…
    En clair, baisser les taux aujourd’hui cela ne peut, certes, faire de mal mais c’est un peu un cautère sur une jambe de bois… Le vrai problème est que l’initiative privée n’aura plus désormais la force de s’extirper du malstrom dans lequel elle s’est imprudemment aventurée et tant que le pouvoir politique n’en tirera pas les conséquences, la crise perdurera et l’or continuera, logiquement, mécaniquement, de s’apprécier.

  7. LLPfan
    Friday 10 October, 2008

    Voila un jeune qui a tout compris :

    http://www.dailymotion.com/LeL.....perds_news

  8. Tuesday 29 September, 2009

    Nous voilà à la fin de 2009, et franchement ça a pas avancé beaucoup…

  9. Saturday 3 October, 2009

    Héhé, c’est toujours très intéressant de revoir ce type de réaction quelques mois après. Comme prévu on ne peut pas faire grand-chose contre le système :|

  10. Saturday 21 November, 2009

    2009 n’aura pas vraiment été un tournant, un équilibrage tout au plus….

  11. Friday 16 April, 2010

    Un peu d’optimisme et de confiance ne ferait pas de mal….