Obama, Saison 1 Épisode 4: Discours devant le Congrès

Point de grand mots de ma part sur la progression de la politique d’Obama ces dernières semaines. Pourtant les choses évoluent, rapidement intensément, parfois avec maladresse. Mais globalement la conduite de la nouvelle administration est conforme à la vision que je m’en faisais. Un ton en dessous de l’espoir suscité, mais loin d’être une désillusion totale. Le retrait global des troupes en Irak aura lieu d’ici 19 mois ce qui n’est pas un total désaveu de la promesse initiale de 16 mois après l’investiture, et nous avons eut confirmation de l’envoi de 17 000 hommes supplémentaires en Afghanistan conformément aux promesses de campagne. Bien d’autres sujets pourraient être abordés, mais aujourd’hui Obama a pris la parole devant le Congrès et je vous invite à écouter son discours qui pose les grandes lignes de son action présente et future.


Je rajouterais surement plus de précisions sur ma réaction à ce discours au sein des commentaires, mais je serai curieux de recueillir vos impressions que ce soit vue de France ou d’ailleurs.

Dès que je trouverais une vidéo complète sous titrée en français j’opèrerais le changement, donc n’hésitez pas à revenir jeter un œil si vous n’êtes pas anglophone. En attendant voilà un cours extrait traduit par Le Point qui résume l’aspect très optimiste de l’ensemble du discours, faisant écho à l’optimisme affiché de Ben Bernanke le patron de la Réserve Fédérale ce matin :

Rubrique : International, Politique


4 Comments

  1. Friday 27 February, 2009

    Hello,

    Long time…

    100% d’accord avec toi sur le fait qu’Obama est dans la limite basse des actions attendues. Comme d’hqb, la realite de la fonction depasse largement les utopies des promesses electorales…

    PS1: je deboule tres tres bientot a LA
    PS2: je me remets au blogging

  2. Friday 27 February, 2009

    @Laurent
    Malgré tout je nuancerais aussi ton propos, il se débrouille plutot bien et conformément a mes attentes qui elles même étaient plus pragmatiques que la perception générale de ses discours. Pour l’instant pas de digressions majeures sur son programme (pour peu que les gens l’aient lus) et la ou ça coince il fait de son mieux. Je lui met un 7/10 en gros :)

    PS: Tres content de pourvoir te relire sur ce blog et bientot sur Adicie. Et evidemment heureux de pouvoir trinquer avec toi de visu un de ces 4 ;)

  3. Paul
    Saturday 28 February, 2009

    Ya tjrs un truc qui me gene chez les dirigeants US (et d’autres..), y compris chez Obama, c’est cette capacité à toujours vouloir être “the best of the world”, “the harder workers on earth”…
    Quelques année en arrière, nous étions dans une capitale africaine (kin) invités par une connaissance US diplomate. Ce monsieur – en bon american citizen qui se respecte – faisait venir tout ce qu’il utilisait par container directement du bled. A un moment, en train de cuisiner autour d’une bud, nous ouvrions les placards et tombions systematiquement sur “the best machin of the world”, sel, persil, vinaigre etc etc…. surrealiste, a tel point qu’ un autre ami présent, US lui aussi, bcp plus root dans l’ame en a eprouvé une grosse honte.

    Well, si je peux comprendre qu’Obama doit aujourd’hui mobiliser ses troupes de citoyens pour l’entreprise de recovery qu’il initie, et que dc sa terminologie est purement orientée vers cet objectif – flatter le peuple permet d’en faire ce que l’on veut, et gratos en plus! -, j’ai du mal avec cette approche philosophique du ” je suis meilleur que les autres”.
    Est-il dc si difficile de reconnaitre que tous sur la planete nous avons des qualites et des defauts ?
    est-ce si compliqué de dénicher d’autres types de rethoriques qui soient mobilisatrices pour le peuple et en meme tps objectives et justes pour les autres, les voisins, nous ?

    Ce point me semble important, et je sais pas comment le cloturer a part peut etre vous laisser le micro.

    ..c’est vraiment une discussion de comptoir…

    c u

  4. Sunday 1 March, 2009

    @Paul
    Votre remarque est extremement pertinente. C’est a mon sens quelquechose qui n’est pas ancre uniquement dans la rethorique politicienne ou dans le marketing. Il y a une incomprehension dans la majorite de la population que le reste du monde puisse avoir une perception exterieure au pays. Il faut comprendre que ce pays s’est construit recemment, et le defaut des jeunes pousses c’est d’avoir l’arrogance qu’ils peuvent depasser ou faire mieux que leur predecesseurs ( en l’occurence la vieille Europe qui fut la terre de depart principal). Il existe une foi profonde pour les americains que la seule conquete du pays gratifie leur nation d’une position d’exception, que leur emergence aussi rapide est du au choix de leur peres fondateurs, et donc que leur patrie a ete construite suivant un modele nouveau et plus efficace que les autres. D’ou ce desir permanent de maintenir ce domination decomplexee, voire inconsciente.

    Pour autant il convient de noter une difference majeure dans le discours d’Obama. C’est la reconnaissance d’une perte de vitesse, d’une perte de la domination commerciale et meme diplomatique. Meme si l’objectif necessaire au soutien populaire est de faire planner un espoir de reconquete, le simple aveu de la fin de l’empire est la, et donc on peut voir en Obama un president qui va peut etre enfin donner le chemin aux USA pour s’inscrire dans un monde multipolaire.
    Enfin je l’espere :)

    Allez j’vous offre une tournee…