Lisons dans le marc de café pour 2012

Est il sérieux d’envisager dès aujourd’hui la tournure que pourrait prendre les élections présidentielles de 2012? En 2004 Sarkozy se positionnait déjà comme un candidat incontournable à droite et pendant 3 années, nous avons assisté à un référendum continue sur sa personne.

Depuis 2007 les évènements politiques et conjoncturels ont sculpté un paysage qui pourrait être le théâtre d’un scénario bien plus incertain.

2012_doomsday

A gauche,
le PS s’est étripé en place publique en 2008, et il est difficile de ne pas entrevoir la possibilité que la présidentielle soit le théâtre d’une nouvelle foire d’empoigne. Certains voient Segolene Royal se présenter peu importe les circonstances, en parallèle à une candidature Aubry(sic), Hollande(re-sic), ou encore Hamon. Peu importe le scénario, il semble que tous les observateurs anticipent une division au sein du PS pour 2012, a eux de nous montrer le contraire, le plus tôt possible. Mélenchon jouera son rôle de dissident du Parti socialiste mais je ne miserai pas beaucoup sur sa capacité à rassembler autour de sa personne, le PC ne lui sera pas d’ailleurs d’une grande aide en dehors des scrutins locaux. Il y a déjà fort à parier que le NPA va  ratisser très large, des déçus du PS au PC et je ne m’étonnerai pas des les voir récupérer des votes d’abstentionnistes. Il est ainsi envisageable de voir le PS divisé et en concurrence avec le NPA sur un premier tour…suivant  la logique qui est prêtée à Sarkozy.

Au centre,
Bayrou sera là, mais le Modem semble l’affaiblir: Les départs en cascade des cadres de son parti, ou de militants emblématiques, la stratégie communication éparse comme le souligne Luc Mandret se cumulent et laissent supposer qu’il ne pourra pas maintenir un score équivalent à celui de 2007.

A droite,
nous pouvons facilement distinguer 3 camps, le Front National, l’UMP sarkozyste et les dissidents gaulliste proche de Villepin, les libéraux n’ont aucun impact et De Villiers reste marginalise. Dans l’esprit de la majorité il semble acquis que Sarkozy ne peut pas perdre son leadership dans ce tryptique, les gaullistes n’auraient pas le courage de pratiquer une scission pour des raisons purement électoraliste et le FN reposant sur un Jean Marie Le Pen quasi sénile ne représenterait plus un danger, et sa fille n’aurait pas la légitimité nécessaire pour fédérer. Je ne suis pas de cet avis, Sarkozy a très tôt perdu la confiance des gaullistes qui se sont opposés à lui sur le travail dominical ou sur l’OTAN. Je ne peux imaginer que la droite gaulliste laisse passer l’occasion en 2012 de ne pas à son tour mettre des bâtons dans les roues de Sarkozy afin de laver l’affront de la trahison Balladurienne de 95. La rivalité entre les camps de droite ne fait pas autant la une des médias, mais elle est quasi historique. Dans le même temps je penses que la crise est un terreau fertile pour le FN qui devrait récupérer la part de son électorat contestataire qui s’est réfugiée dans les bras de Sarkozy par idéologie anti-immigrationiste, ceux-là même qui ont permis une franche victoire à Sarkozy alors qu’ils se seraient abstenus de voter pour un Chirac.

Alors voilà mon pronostic, fantasque et bien trop anticipé, sur une base de 90 % des voix, les 10% restant se répartissant sur les plus petit candidats LO, Verts, PCF, Libéraux et autres Cheminade:

  • Marine Le Pen 10% en 2007 + 4% pris a Sarkozy =14%
  • Dupont Aignan,  Juppe ou Villepin +10 par rapport au score de Dupont Aignan en 2007 = 12%
  • Sarkozy 30% – 4% chez Le Pen -10% chez les gaullistes = 16%
  • Bayrou 18%- 5%= 13%
  • Royal 10%
  • Hamon 12%
  • Besancenot 13% (en étant crédité de 9% de vote aux européennes ce score est vraisemblable en 2012)

Alors tout cela est bien entendu totalement arbitraire (je mise beaucoup sur la multiplication des divisions et la force des extrêmes) , mais ajoutez y une marge d’erreur de +ou – 2% et nous assistons a une véritable loterie pour le deuxième tour: Sarkozy-Bayrou, LePen-Hamon, Besancenot-Sarkozy ou encore un apocalyptique Le Pen- Besancenot.

Cette dernière possibilité est probablement celle qui me semble la moins probable et pourtant, j’ai du mal à l’évacuer. Si Sarkozy veut faire de Besancenot ce que Mitterand a fait de Le Pen, comment ne pas prendre en compte la possibilité que tôt ou tard (disons tôt vu le contexte de crise capitaliste) Besancenot puisse se trouver à jouer le troisième homme. Sauf que le contexte n’est plus le même, Mitterand voulait ajouter aux divisions entre UDF et RPR, alors que lui même imposait le rassemblement. Hors, Sarkozy ne joue pas uniquement avec le PS à ce jeu, Bayrou ou Le Pen peuvent sans problème prétendre à 12% de l’électorat, dans ce contexte la montée en force de Besancenot pourrait tout autant gêner Sarkozy que le PS.

Votre avis m’intéresse, j’observe tout cela de loin par médias interposés mais je suis de plus en plus déconnecté de l’opinion. N’avez vous pas vous aussi le sentiment que 2012 pourrait être le théâtre d’un chamboulement majeur ? Puis je encore placer un espoir dans une possible union du parti socialiste sous l’égide d’un programme solide, convaincaint et définitivement de gauche … moderne ?

Rubrique : Politique


11 Comments

  1. Wednesday 11 March, 2009

    Non, je crois que si c’est Hamon qui porte la pancarte PS (ce dont je doute), il va bouffer des voix de Besancenot. Tu oublie Mélenchon qui semble draguer la frange gauche du PS, celle là même qui “n’osait” quand même pas voté extrême ?

    A droite ta prévision semble juste mais à gauche les prétendants vont se marcher sur les pieds

  2. Wednesday 11 March, 2009

    Voilà qui me donne envie de faire monp ropre pronostic en réponse !

  3. Bob
    Wednesday 11 March, 2009

    Purée, il n’y a vraiment rien qui me tente pour 2012, ni même pour les européennes. Tous les scores que tu nous présentes sont apocalyptiques (au fait je doute que Sarkozy se représente, met nous un Copé ou Bertrand à la place). Que des interventionnistes à mort, partisant de l’état-nounou et qui prennent les français pour des cons incapables d’être responsables.

    Besancenot-Le Pen ou LePen-Hamon, je ne suis pas certain de pouvoir en mon âme et conscience accepter un tel résultat, un totalitariste au pouvoir c’est soit l’expatriation soit les armes.

  4. labilbe
    Wednesday 11 March, 2009

    Je vois bien repasser Sarkozy en 2012 malheureusement.
    Un peu à la façon Bush même si le contexte est différent.
    J’espère me tromper en tout cas.

  5. Wednesday 11 March, 2009

    Allez, je me lance. Le constat :
    – un PS complètement atomisé après 6 années de guerres intestines et qui a lassé les Français en se regardant le nombril. Le “TSS” se rassemble autour de DSK en 2011 car les déclarations de disponibilité de Hollande et Aubry n’ont pas déclenché l’enthousiasme
    – un Bayrou qui part au coude à coude avec le candidat du PS dans les sondages et devient dès 2011 un candidat crédible pour la présidence, d’autant plus qu’il apparaît comme un meilleur candidat de second tour face à Sarkozy, attirant progressivement un fort électorat de gauche en adoptant une stratégie proche de celle de Chirac en 1995
    – un Sarkozy qui part assez haut en début de campagne mais qui s’effondre progressivement sous la concurrence des autres candidats
    – un candidat gaulliste (NDA ou DDV) qui est le candidat surprise de la campagne

    1er pronostic :
    1er tour : Bayrou 27%, Sarkozy 20%, DSK 17%, NDA 12%, Besancenot 8%, Le Pen 6%
    2nd tour : Bayrou 58%, Sarkozy 42%

    2ème pronostic :
    1er tour : Bayrou, Sarkozy, DDV et DSK dans un mouchoir entre 16 et 20%
    Sarkozy out de toutes les façons

  6. Wednesday 11 March, 2009

    Avec ton scénario, l’élection de Marine LePen apparaît presque comme un moindre mal! ;-)

    Non, ça ne ressemblera pas à ce que tu prédis. Il faut être patient. Ce que je souhaite, c’est la déculottée de Sarkozy, c’est-à-dire la déroute électorale de ses idées. Une veste, classique, avec une alternance droite-gauche.

  7. Friday 13 March, 2009

    Sarkozy ne se représentera pas en 2012. Il l’a dit lui-même dans Le Point du 3 juillet 2008 :

    «Alors moi, en 2012, j’aurai 57 ans, je me représente pas. Et quand je vois les milliards que gagne Clinton, moi, j’m’en mets plein les poches ! Je fais ça pendant cinq ans et ensuite je pars faire du fric comme Clinton. Cent cinquante mille euros la conférence !»

    http://www.monde-diplomatique....../16646#nb2

    Ce qui l’intéresse, c’est le fric.

    S’il changeait d’avis et se représentait, ce serait une erreur non seulement pour lui mais aussi pour la droite. Car beaucoup trop de Français le détestent carrément (jamais un président et son gouvernement n’ont suscité autant de défiance, voire de haine, jamais un président n’est resté aussi longtemps impopulaire dans les sondages), de plus en plus commencent à voir clair dans son jeu et d’ici 2012, alors que la crise ne fait que débuter, d’autres “illusionnés” vont se mettre à leur tour à le désavouer.

    Reste à savoir qui se présentera pour l’UMP…

    Quant à l’amalgame Besancenot-Le Pen que vous évoquez, il est aussi improbable que ridicule.

    Bien@vous

  8. Bob
    Friday 13 March, 2009

    J’ai un peu l’impression que vous surestimez la côte de Bayrou. Son parti va assez mal.

  9. Friday 13 March, 2009

    Concernant le FB : le MoDem l’affaiblit ? C’est d’un contre-sens absolu ! Tu te contentes de trois lignes, mais tu aurais pu développer un peu : si le MoDem pèse peu, et que ce n’est pas une étiquette (sauf cas exceptionnels type Artigues) qui ne fait pas élire – la majorité des candidats qui vont aux cantonales le savent -, c’est que son développement n’est pas un objectif primordial pour 2012. Les talents brillants ne manquent pourtant pas au MoDem…

  10. Friday 13 March, 2009

    De maniere generale
    je crois que beaucoup d’entre vous sous estiment la capacite a ce que le plan de Sarkozy de lepeniser Besancenot puisse marcher, voire marcher plus que prevue enclenchant ainsi un 2002 a l’envers pour Sarkozy. Car le vote a gauche est bien plus decomplexe qu’a droite. La critique a l’encontre de Besancenot le caricaturant comme un alter ego de Staline ne prend pas autant que l’image petainiste de LePen. Que Besancenot puisse faire un score approchant des 10 % aux europeennes (comme le sondage de PM le suggere) devrait faire reagir plus que cela, cela represente un doublement des vois par rapport a 2007 et sur une election ou les extremes sont d’habitude au fosse. Franchement le contexte social si il ne s’ameliore pas avant 2011 laissera des plaies béantes pour que les extremes ratissent large, tres large. A moins que les partis republicains reagissent dument, si Sarkozy nationalise les banques dans le mois je penses qu’il pourrait marquer enormement de points pour 2012.

    @Bob
    Bob je ne crois pas surestimer le Modem, non regardez le sondage de paris match pour les europeennes. Mais il est vrai que je projette un affaiblissement en parti du a des departs vers le PS et d’autres vers l’eventuel candidat gaulliste pour 2012

    @Serge B.
    J’entends le Modem en tant qu’entite politique mediatique, les militants sont la, il y a des talents tu as raison, mais pour les presidentielles je crois que l’image du Modem affaiblira le travail des militants et la capacite a reunir un electorat volatile autour de Bayrou qui personnalise totalement le vote centriste, sans lui ce serait totalement cuit, c’est en cela que je dis que le Modem (en tant que parti mediatique) affaiblit le candidat Bayrou. Mais j’espere pour vous les militants que votre travail portera ses fruits, toutefois je n’y crois pas.

    @Sophie75
    Merci pour le lien vers le diplo, c’est amusant de le voir surestimer sa capacite a fructifier son experience politique, il oublie un detail de taille. Il n’est pas anglophone, c’est dur pour pouvoir faire du pez au 4 coins du monde d’etre juste francophone (sans meme evoquer sa capacite a parler autrement qu’avec le style comptoir de bar)

    Toutefois j’ai d’immense doute que Sarkozy ne se represente pas cela ne s’est jamais vu en 5eme republique qu’un president en exercice de son premier mandat quitte la bataille.

    Mais mon scenario Le Pen-Besancenot (je n’y vois pas un amalgame, ou alors j’ai du mal me faire comprendre car pour moi Besancenot n’est pas l’egal de Le Pen) n’est pas si improbable que cela a mon sens, mais ne se presentera que si UMP et PS se divise tel que je le redoute (enfin je redoute surtout la division au PS pour etre clair).

    @Laurent, gaulliste libre
    si DSK represente le PS en 2012 cela fera le jeu de Sarkozy et une partie des voies qui ne veulent ni de Sego ni d’un soc-dem-lib se reporteront sur le PG ou le NPA. Ce serait un coup de poker pour Sarkozy qui n’est pas sans amitie avec DSK, mais le PS n’aurait rien a y gagner. Le seul espoir que je nourris pour le PS c’est qu’une personnalite avec un peu plus de talent d’eloquence que royal puisse federer les militants mais aussi l’opinion en general. Et DSK n’est pas cet homme la.
    Et je crois que les scenarios que tu presentes montrant un cumul des voix de droite + Modem a 60 % est avec seulement 20 % cote PS sont déséquilibres, si Bayrou et un gaulliste monte dans l’opinion se sera au detriment de Sarkozy et non du PS (sauf peut etre pour Bayrou mais dans des proportions raisonnables)

    @Toréador
    Dommage que tu n’es fait qu’une petite note en fin de ton dernier billet, je suis certain que ton espace personnel aurait pu susciter plus de débat si tu avais consacre un article entier au sujet :)
    Rentrons donc les paris, moi je dis que Sarkozy se presentera en 2012 mais je reste sur mon incertitude concernant les pronostics, si ce n’est ce sentiment de multiples candidat a 15/16 % avec cette odeur de 2002.

    @Seb de CaRéagit
    Tu oublie Mélenchon qui semble draguer la frange gauche du PS, celle là même qui “n’osait” quand même pas voté extrême ?
    Eh bien je ne crois pas que la frange gauche du PS n’ose pas voter extreme, c’est celle ci avec quelque abstentionniste qui gonfle en ce moment les pretention du NPA. La gauche n’est pas aussi complexe par ses extremes que la droite, ne vous en deplaise :)
    Et puis je n’oublies pas Melenchon:

    “”Mélenchon jouera son rôle de dissident du Parti socialiste mais je ne miserai pas beaucoup sur sa capacité à rassembler autour de sa personne, le PC ne lui sera pas d’ailleurs d’une grande aide en dehors des scrutins locaux.””

    Je crois simplement qu’il a rate son pari car son alliance se resume au PCF, c’est bien maigre puisque c’est le parti le plus faible de l’extreme gauche derriere le NPA et LO. En meme temps il y a peut etre une chance de reprendre la direction du PC et d’en faire la reforme en profondeur …rires …

  11. Verthuit
    Saturday 14 March, 2009

    Bayrou président : un centriste, le moyen le plus sûr de s’enraciner dans l’immobilisme le plus radical et faire définitivement basculer dans le goufre une France au bord du précipice France. Besancenot ne saurait être pire.