Un français vote pour le président U.S.

Je vous présente une nouvelle recrue, un ami californien que l’on nommera le Turfiste pour son amour des courses de dada. Je lui ai demande de nous relater sa journée dans les files d’attente vers les bureaux de votes.

Garçon

Personne vivant aujourd’hui aux USA n’a connu d’élections aussi historique que celle que nous vivons aujourd’hui. C’est pourtant à cette élection que je vais participer, moi, un français arrivé aux USA il y a plus de 16 ans mais récemment naturalisé américain. Moi, qui comme 120 millions d’américains, vais voter pour élire le président qui va devoir nettoyer le bordel laissé par Bush. Car il en a fait un beau de bordel, ce Bush. Quand il est arrivé à la maison blanche, elle était encore blanche. Bill a gentillement donné les clefs de la maison USA à son nouveau locataire en lui précisant bien qu’il en avait pris soin pendant 8 ans et que dans le coffre fort, il lui avait laissé 3 trillions de dollars pour les faux frais. Bush a amené ses copains du pétrole, a fait une teuf d’enfer pendant 8 ans, il a joué à la gueguerre comme s’il avait joué à Risk, il s’est fâché avec ses amis étrangers, et il a gaspillé les 3 trillions de dollars tout en rajoutant 10 autres trillions sur sa carte de crédit American Depress. Dans 2 mois, il va rendre les clefs à son successeur et se sauver de Washington sans faire le ménage. Bien entendu, il ne récupèrera pas sa caution…

Son successeur… Voilà que j’ai l’honneur, même le devoir, de participer à le choisir… J’aurai pu envoyer mon bulletin de vote par courrier mais le désir de vivre cette expérience en direct m’a poussé à me lever de bonne heure pour aller faire la queue avec mes concitoyens de Californie. L’état est à large majorité démocrate et donc la certitude de victoire pour le candidat démocrate réduit l’enjeu du vote local. Peu importe, c’est ma première élection et je décide donc de me rendre au bureau de vote de Santa Monica vers 7h30. Je passe devant le bâtiment en voiture et je ne vois personne dans la rue. Je me dis que je n’aurai pas attendre, à faire une de ces queues de 8h qu’on voyait au quotidien à la télé dans les autres états qui pouvaient voter plus tôt. Je me gare, me retrouve devant la porte et elle est fermée bien que des gens s’agitent à l’intérieur. Une femme en voiture baisse sa vitre et me dit: “L’entrée est au coin de la rue”. La queue aussi était au coin de la rue. Une queue énorme, presque RoccoSiffredesque, m’attend. On est mardi, ils travaillent pas ces gens??? Et pourquoi elle avance pas cette queue? Je fais la queue pendant 2h. Bon, il y a les vieilles dames avec leur déambulateur, les clochards qui hurlent pour se faire remarquer mais en général, les gens sont calmes et attendent leur tour.

Le problème, c’est que voter pour le futur président n’est qu’un des 40 autres choix à faire une fois devant l’urne. Il faut aussi voter pour Proposition 4, une loi qui forcerait les médecins à notifier les parents d’une fille mineure qui viendrait se faire avorter, Proposition 8 qui annulerait une loi antérieure autorisant les homosexuels à vivre les joies du mariage en Californie, Proposition 2 qui donnerait de l’espace aux animaux élevés en batterie au lieu d’être entassés les uns sur les autres (un peu comme les habitants de L.A.). Il y a aussi les élections pour le shérif du coin, du juge machin, du commissionneur truc, etc… tous inconnus au bataillon. Tout ça prend du temps. A Santa Monica, on nous demande notre carte d’identité qui, aux USA, n’est autre que notre permis de conduire. On nous donne un bulletin de vote avec des cercles partout et il faut l’insérer dans une des machines des 8 urnes à notre disposition. Une fois insérè dans l’appareil, chaque page en plastique dur laisse entrevoir à côté de chaque choix un cercle qu’il faut poinçonner avec un stylo spécial qui marque le cercle à l’encre noir. A chaque page, un choix et une nouvelle colonne de cercles à marquer au noir. Bon, j’ai voté pour permettre aux créatures qui se montent les unes sur les autres d’avoir de la place et je ne parle pas de la loi homosexuelle. Eux aussi ont eu mon vote. Ce que je trouve intéressant c’est que la communauté homo veut absolument le droit au mariage mais je n’ai jamais vu une loi leur permettant un droit au divorce. Faut croire que les homosexuels s’aiment plus que les hétéros et restent donc mariés plus longtemps. Bref, une fois le bulletin rempli (ça m’a pris 5 minutes), il faut le mettre dans une machine scanner qui absorbe le papier et lit les cercles marqués. Ce scanner est relié à une espèce de valise en plastique, un ordinateur en fait, qui comptabilise les votes. On nous donne un autocollant “J’ai voté” et on peut ensuite retourner bosser. Et oui, les élections ne sont pas le dimanche quand tout le monde peut y aller. Elles sont tous les 4 ans le premier mardi de novembre. Donc, je suis arrivé en retard au bureau mais la loi Californienne impose aux compagnies de payer leurs employés 2h pour aller voter. Comme j’étais un peu en avance, je suis passe au Starbucks du coin pour prendre un café gratuit car pour encourager les électeurs à voter, en présentant son autocollant “J’ai voté”, Starbucks nous offrait un café gratos.

Mon candidat, un certain Obama qui, au bas mot, est le messie que L’Amérique attendait, vient d’être élu. J’y ai contribué et ça fait vachement du bien… Maintenant, à toi de bosser Barack!! (au passage, c’est amusant que le type qui va devoir s’occuper des problèmes gigantesques de l’immobilier s’appelle Barack!)

Rubrique : Politique


7 Comments

  1. Wednesday 5 November, 2008

    le vote vu de l’intérieur, merci de partager cette expérience. en gros aller voter aux US, entre les files d’attente, les élections de shérif, les propositions de loi et compagnie, c’est un petit peu comme refaire faire sa carte d’identité chez nous, tu y passes la journée, ah c’est sympa l’administration…
    En tous cas, bien content que ton candidat ait été élu. Quant à savoir si nous aurons un jour un président noir en France…

  2. Wednesday 5 November, 2008

    Merci pour ce témoignage.

    Si tu pouvais aussi nous parler de la cérémonie où tu obtiens la naturalisation, il parait que cela est grandiose.

  3. alfred
    Friday 7 November, 2008

    @ coralie,

    je sens dans ton intervention comme un attrait naïf envers un “rituel de passage”, dont la publicité nous abreuve pour vendre le bonheur d’appartenir à un groupe qu’on aurait et qui de surcroit nous aurait, choisi.
    Je connais parfaitement le rituel de la carte verte pour en avoir eu plusieurs bribes audio, vidéo, texte, sans même avoir cherché à connaitre cette cérémonie… Comme c’est américain, j’ai cru y déceler quelque chose de disney, avec grosse émotion et joues rouges et engagement dans l’avenir du futur et tout ça…
    Cela dit j’ai assisté de près à la cérémonie “à la françoise”:
    On arrive à la préfecture, nous les africains, les maghrébins, les vietnamiens, et au premier sas, on échange la carte plastifiée de résident qui nous permettait de vivre dans une relative sécurité par une simple photocopie avec un tampon, puis on va attendre dans une belle salle qu’un officiel vienne faire un discours lamentable d’où il ressort surtout un leitmotiv: “droits et DEVOIRS”
    Puis on écoute religieusement un mauvais enregistrement de la marseillaise par la fanfare de sainte-croix quelque-chose, et les députés remettent à chacun (à tour de rôle, au centre de la salle, 400 personnes, ça dure bien 4 heures pour le dernier) une pochette contenant un diplôme (!) et des documents la constitution un laïus des ministres et du prèz.
    Et tu rentres chez toi et tu recevras ta carte d’idendité de Français dans 3 semaines un mois alors que la procédure tient depuis un an et que tu as déjà donné photos et montré patte blanche.

    Le top c’est après, quand tu y repenses…et que tu t’aperçois qu’à cette cérémonie il y a une et une seule émanation de la République (qui ne soit pas liée directement à la délivrance de documents, c’est à dire une institution bonus dans le rituel) à être très présente à ce moment-là: ils forment la majorité de l’assistance officielle, 8 sur 12, avec gants blancs, médailles, dorures et drapeaux: les anciens combattants.

    Quels symboles, en effet.

  4. Friday 7 November, 2008

    @Coralie
    je vais essayer de pousser Le Turfiste a vous conter la ceremonie, car il a des anecdotes interessantes a ce sujet. De la a dire que c’est grandiose, je crois que vous serez relativement decue

    @ Alfred
    Merci pour votre temoignage tres interessant.
    En revanche je crois que vous confondez la ceremonie de citoyennete et la carte verte. La carte verte est un document administratif, un titre de sejour, il n’y a aucune ceremonie si ce n’est les paiements de facture aupres de l’avocat … :S

  5. alfred
    Friday 7 November, 2008

    @ garçon,
    just a saying, to cut short…

  6. Sunday 9 November, 2008

    Merci pour ce partage de témoignage et quel soulagement l’élection d’Obama!
    Je me suis permis de te “primer” sur http://gdblog.over-blog.com/article-24566443.html
    A+

  7. Le Turfiste
    Monday 10 November, 2008

    Merci a tous pour vos commentaires.
    @ Coralie, c’est exact que la ceremonie de naturalisation est quelque chose de memorable. Puisque vous me le demandez si gentillement, je vais ecrire un ticket sur mon experience personnelle et meme rajouter une photo de cette journee.
    @ Alfred, bien que pour mon cas la ceremonie de citoyennete restera un evenement inoubliable, je dois dire qu’elle n’a pas eu le meme impact sur moi que sur d’autres etrangers. Quand on vient d’un pays pauvre d’afrique ou d’asie, devenir americain est vraiment un reve devenu realite.
    @ gdblog, merci pour la “primation”