Sarkozy veut-il établir un pouvoir autoritaire ? ou fait-il simplement n’importe quoi ?

Cela fait quelques mois que je suis stupéfait jour après jour par la dérive politique que connait la France. Mes idées balancent du cote de la social-démocratie (même si je ne trouve pas de représentant digne en France) mais toutefois je me disais après l’élection de Nicolas Sarkozy que si il pouvait atteindre certain de ses objectifs ( réformes des retraites, de la fonction publique, hausse du pouvoir d’achat, politique d’embauche dynamique ) ce serait déjà une avancée pour relancer le pays. Bien entendu cet espoir était très emprunt de doutes sur les méthodes et les réels motivations du gouvernement puisque avant l’élection Sarkozy n’avait toujours pas recueilli ma confiance, mais une fois élu on ne pouvait qu’espérer qu’il ne souille pas la fonction et qu’il fasse de son mieux avec l’espoir que ce jeune Président veuille rentrer dans les livres d’histoire.

Hors il est désormais certain après 9 mois que Nicolas Sarkozy rentrera dans l’histoire de France, mais sans gloire et avec défiance face a la République non pas pour dynamiser et rénover la France en ouvrant la voie a une VIeme République, mais pour appliquer une politique amateur et autoritaire au delà des Institutions.

En ce Vendredi 22 février, la nouvelle de trop vient de tomber:

La loi permettant la détention illimitée après la prison de criminels supposés dangereux a été validée par le Conseil Constitutionnel mais reste limitée dans son application interdisant quasiment toute rétroactivité, conformément aux principes généraux du droit. Cette décision met en principe fin à la procédure. L’article 62 de la Constitution stipule en effet que “les décisions du Conseil constitutionnel ne sont susceptibles d’aucun recours. Elles s’imposent aux pouvoirs publics et à toutes les autorités administratives et juridictionnelles”.

“les autorités administratives et juridictionnelles” incluent le Conseil d’État et la Cour de Cassation.

Mais….

“L’application immédiate de la rétention de sûreté aux criminels déjà condamnés (…) reste un objectif légitime pour la protection des victimes”, a déclaré le porte-parole de l’Elysée, David Martinon. Le chef de l’État demande à Vincent Lamanda, premier président de la Cour de cassation de “faire toutes les propositions nécessaires pour l’atteindre”, a-t-il ajouté.

Sarkozy par la voie de son porte-parole est donc en défiance avec le Conseil Constitutionnel. Cet acte est sans précédent, jamais un Président n’avait remis en cause l’autorité du Conseil. Si il s’agissait du premier abus de pouvoir du Président nous pourrions invoquer un dérapage motivé par la conviction de soutenir le projet de son Ministre de la Justice. Mais je ne crois pas que ce dernier couac soit un hasard , et Sarkozy mesure visiblement la portée de son acte. Le but est bel et bien de se légitimer coute que coute comme étant le seul preneur de décision, le guide en quelque sorte ? Pour confirmer cette théorie depuis quelques semaines nous assistons a une avalanches d’évènement remettant en cause nos institutions via l’exercice du pouvoir:

  • Remise en cause de la laïcité de par les déclarations régulières visant a promouvoir l’Église ( La demande d’inscrire dans le textes “les racines chrétiennes”dans la constitution européenne, les déclarations concernant la supériorité du curé sur l’enseignant sur la capacité a enseigner le bien et le mal aux enfants, les suggestions a demi- mot de retour du catéchisme au sein de l’école publique etc… )
  • Proclamation d’un projet de loi improvisée et totalement sans concertation sur le financement de la TV publique (sans aucun travail préliminaire des parlementaires). après quelques semaines le projet est assoupli finalement, en raison de la pression des secteurs mis en cause et des parlementaires.
  • Son attaque au pénal contre le journaliste du Nouvel Obs concernant le soit-disant SMS, fait sans précédent de la part d’un Président en exercice ( son statut ne lui donnant pas le droit d’être entendu par la justice il semble peu probable que l’affaire puisse aboutir. Pourquoi ne pas avoir demandé a Carla Bruni comme ce fut le cas pour l’affaire Ryan Air de déposer la plainte? J’avoue que cette histoire de SMS est relativement déplorable et n’aurait pas du être publié par simple respect de la vie privée et par respect de la fonction présidentielle. Toutefois je pense que la contre-attaque de Sarkozy est une manœuvre pour bousculer les institutions juridiques, l’affaire du SMS vraie ou fausse pouvait se passer d’une réaction présidentielle, Sarkozy aurait pris de la hauteur a ne pas réagir ( ou tout du moi a ne pas réagir via un recours en justice).
  • A nouveau la proclamation d’une loi future de manière improvisée lors du repas du CRIF concernant la Shoah et les élèves de CM2 , provoquant des protestations au sein même de son camp ( Simone Veil eut des mots très durs pour cette proposition). Une nouvelle fois les sous fifres du président ont du adoucir le propos et la création d’une mission de reflexion se fit nécessaire pour couper court a la polémique. D’autant plus qu’il est légitime de se demander si la sensibilisation a la Shoah ( déjà très efficace grâce a l’éducation nationale) ne devrait pas être un projet a appliquer surtout aux électeurs ancien votants FN qui ont ralliés leur vote a Sarkozy au premier tour de l’élection et qui ont une fâcheuse tendance a tolérer le négationnisme et l’antisémitisme.
  • Je pourrais ajouter a cela l’influence peu républicaine d’un Henri Guaino (qui a déclaré que l’assemblée nationale , la représentation législative et surement la plus démocratique de la population, n’était qu’un groupe de pression)

Tout ça se cumule a son omniprésence médiatique bien entendu avec son aval et orchestrée par ses amis les plus proches (Lagardere, Bouygues, Bolloré etc). De même les sondages d’opinions qui devraient lui indiquer de prendre un peu de distance et se faire un peu oublier n’ont pas l’air d’avoir d’effet sur ses gesticulations.

Donc voila que se passe t-il vraiment, Sarkozy fait-il n’importe quoi ? n’est il pas capable de suivre les conseils de Balladur et de s’adapter au rôle présidentielle plutôt que de le calquer a ses pitreries ? Ou veut il simplement être le président autoritaire que beaucoup craignaient de voir apparaitre avant les élections ? Faisons nous face a un changement de régime a petit pas ? Comment les Français peuvent-ils réagir, par quel recours ?

Moi qui voulait peut être rentrer en France dans les deux ou trois années a suivre, cette dérive m’inquiète. Elle me donne l’impression d’un avenir plus radieux politiquement et socialement aux USA si Obama venait a gagner. Triste France …

 

Rubrique : Politique


4 Comments

  1. Saturday 23 February, 2008

    Pour répondre à la question posée par le titre, je dirais, les deux en fait. Sarkozy, celui qui a prôné la rupture et l’a vendue aux français n’est jamais que le nouvel avatar d’une vieille droite ultra réac et conservatrice, au plan moral et religieux, brutale en matière de justice, antisociale (désolé, Martinon) et économiquement pratique un curieux mélange de libéralisme et d’autoritarisme.

  2. Saturday 23 February, 2008

    Ce mec est un fou, j’ai quelques amis qui ont cédé à la tentation du fric, du chacun pour soi et ont cru malheureusement qu’il était préférable de vivre pour une société que de vivre en société. Je les entends moins aujourd’hui et je ne suis pas sûr qu’ils feront la même erreur 2 fois. Il faut dire que la gauche, le centre étaient assez pathétique et désolant pendant les élections. Je les avais prévenu que ce mec était dangereux. C’est un ancien avocat qui défendait n’importe quelle cause à partir du moment ou ça lui rapportait de la tune, il n’a pas race ce type, il cherche juste à séduire le maximum de gens. Il dit aux gens ce qu’ils ont envie d’entendre, mais il n’en croit pas un mot. Un jour devant les chômeurs “les patrons-voyous” et l’autre devant le MEDEF “plus de flexibilité”. Il a du souffrir étant jeune, et maintenant il cherche à prendre une revanche sur la vie en écrasant tout le monde. Une Dictature Light est en train de se dessiner jour après jour, et je crois qu’avec son nouveau modèle de présidence il a oublié les bases de la démocratie. A force d’agiter les bras dans tous les sens et à tout va, il va faire une connerie …

  3. Saturday 23 February, 2008

    Constat que je partage à 100%, bon article.

  4. Sunday 24 February, 2008

    Mon compère Geoffrey vient de poster un billet qui tend à laisser planer les mêmes doutes http://www.adicie.com/archives/140
    Je doute encore entre le “faire n’importe quoi” ou “pouvoir autoritaire”. Mais plutôt, c’est quelque chose entre les deux; quoi que dangereux.
    Moi aussi je me sens plus à l’aise hors de France en ce moment. Je ne suis pas près de rentrer…