Rama, Bernard et l’homme

Je n’apprécie guère l’opportunisme de Rama Yade, ni ces méthodes. Mais Kouchner nous a offert une saillie profondément virile visant clairement sa secrétaire d’État chargée des droits de l’homme, à tel point que j’en viens presque à avoir de la peine pour la benjamine du gouvernement :

“J’ai eu tort de demander un secrétariat d’État aux Droits de l’homme. C’était une erreur”.

“Car il y a une contradiction permanente entre les droits de l’homme et la politique étrangère d’un Etat, même en France”.

Plusieurs questions viennent à l’esprit: pourquoi faire une telle sortie à la date anniversaire des 60 ans de la déclaration universelle des droits de l’homme? Pourquoi cette sortie façon sniper tirant à vue avec son fusil à pompe, quelques jours après que Yade a clairement signifiée son peu d’intérêt pour un engagement aux européennes, ce qui n’a bien entendu pas plus a notre sérénissime président? Et surtout pourquoi Kouchner s’évertue ainsi à remettre en cause les droits de l’homme dans le contexte géopolitique actuel, au moment même ou la Chine piétine littéralement les restes de la diplomatie française?

A la première question je répondrai que Kouchner a le sens du spectacle, qu’il avait envie de faire la une des journaux pour quelques jours. Il ne supporterait pas de devoir subir un revers lors d’un éventuel remaniement et je penses donc qu’il a voulut faire du zèle en offrant un espace à droite dans son discours. Il vient peut être de troquer les habits d’un ministre d’ouverture pour finalement appliquer une politique plus “Pasquaienne” aux affaires étrangères..

Ensuite il me semble que le rentre dedans soulignant  l’inutilité même du rôle qu’a pu jouer Yade n’est pas forcement infondé, même si la forme est loin d’être élégante, il est difficile de vraiment mesurer l’impact de ce secrétariat d’état. Toutefois je ne penses pas que Kouchner ait décidé de descendre Yade dans le contexte de ses accrochages avec le grand manitou sur les plans de carrière de Madame. Il me semble bien plus probable que l’origine des propos de Kouchner vienne des tensions diplomatiques avec la Chine qui sont d’une importance majeure.

Le secrétariat d’État occupé par Yade fut surtout une vitrine de communication brandit par Sarkozy avec cynisme et amateurisme alors même que son entourage est fleurie de flingueurs “anti droit de l’hommiste”. Le résultat de cette instrumentalisation fut lamentable tant le double discours entre real politik, business et diplomatie moraliste fut inconstant, inégale et avec une passion univoque pour les contrats. Cette parodie nous aura conduit à se lier d’amitié éphémère avec des régimes isolés et peu utiles à nos besoins stratégiques sur le long terme, que ce soit la Libye ou la Syrie, mais dans le même temps nous aurons réussit a nous fâcher durablement avec la Chine par lâcheté et par manque de courage à défendre les idéaux plutôt que les contrats. Que Kouchner exprime son désarroi vis à vis de l’inefficacité de son ministère et de son secrétariat d’État annexe du fait de leur contradiction m’étonne peu, mais que celui-ci limite sa part de responsabilité à la création du secrétariat d’État et non à sa gestion de tutelle, et nous voilà dans un étalage de mesquinerie, de mauvaise foi et une belle preuve de petitesse.

Si Kouchner veut que son ministère soit un succès il lui faut adopter un vrai changement de cap, qu’il dépasse la caricature qui est faite des droits de l’homme et redonne du sens à ces valeurs en les défendant et non pas en invoquant leur pouvoir de nuisance. Mais il n’est point capable de cela, sa présence dans un gouvernement de droite n’a jamais été motivée par ses idéaux.

Rubrique : Actualités, Politique


6 Comments

  1. Thursday 11 December, 2008

    Tu oublies quand même un petit détail : la chronologie des événements.

    Il semble bien que la sortie de Kouchner ait été télécommandée par l’Elysée pour expliquer le départ de Rama Yade vers l’Europe… Avant le bug imprévu du refus de Rama Yade !

    J’explique tout ça dans mon billet :
    http://www.cafe-froid.net/poli.....de-timing/

  2. Mancioday
    Thursday 11 December, 2008

    La France n’est plus la patrie des droits de l’homme. Elle est au mieux, la patrie de la déclaration des droits de l’homme. Alors que c’était la seule chose qui pouvait encore nous donner une légitimité.

    Kouchner devient le grand chantre de la “Realpolitik”, si encore elle était appliquée de manière bismarckienne, on pourrait lui pardonner… Seulement elle n’a que des visées commerciales, même le critère politique n’est plus prioritaire.

    La dernière fois que j’ai été fier de la France sur la scène internationale, c’était avec un certain Dominique de Villepin, à l’ONU, pour dénoncer la guerre en Irak.

  3. Thursday 11 December, 2008

    La position de Kouchner est surtout un simple constat lié à l’expérience. Comme il le dit plus loin dans l’entretien :

    “Car il y a contradiction permanente entre les droits de l’homme et la politique étrangère d’un Etat, même en France.”

    Ce secrétariat qui a surtout été en effet “une vitrine de communication” s’est avéré plus néfaste (interprété comme une hypocrisie) qu’utile. Le supprimer serait une forme de cohérence et d’honnêteté.

  4. Titi
    Thursday 11 December, 2008

    Le French Doctor a vieilli…avec le temps les idéaux s’effacent laissent la place !

    Rama Yade, Elle, Ah qu’elle est belle
    nice …pssstttt …danga taaru vraiment !

    Quelle équipée folle ce gouvernement. Ridicule.
    Le monopole permet tous les excès.
    Où est la concurrence ?
    Je crains qu’il n’y a plus que les martiens pour nous sauver.

  5. Thursday 11 December, 2008

    @Philippe
    telecommande je ne sais pas, mais que Kouchner ait voulu preparer le terrain a la fermeture du secretariat d’etat sans preter attention au dommage collateraux c’est evident. Je ne penses pas que Kouchner ait ete dirigee dans ce sens, je penses surtout que les masques tombent et que le creneau humaniste de Kouchner etait un choix de carriere et non pas un combat issue de conviction profonde. Cela confirme pas mal d’histoire relative a sa personne que j’ai pu entendre en off et ne laissant pas miroiter de lui l’image d’un mec aussi bien que le personnage mediatique d’il y a dix ans…

    @polluxe -
    Je ne penses pas qu’il faille le supprimer, mais plutot le refondre dans le ministere, il faut simplement que le ministere des affaires etrangeres fasse briller lui meme la charte dont le pays est signataire afin de respecter nos engagements. Ce qui me fait bcp de peine c’est la captation ideologique de Sarkozy qui n’y croit pas a ses droits de l’homme (malgre le fait que ce soit aussi un fondement des societes capitalistes en opposition au communisme par la reconnaissance de la propriete prive et des libertes individuelles). Finalement Sarkozy si il avait voulut reduire a neant la portee du message de la charte il ne s’y serait pas pris autrement. Tiens finalement, peut etre c’etait son objectif primaire, afin de se debarasser au sein meme du pays des contraintes de la charte et de definitivement inscrire le terme “droit de l’hommiste” dans le dictionnaire des insultes ?

  6. Sunday 14 December, 2008

    Il semble en effet qu’avec le temps, va tout s’en va… et que surtout les masques tombent. Le french doctor a fait carrière dans l’humanisme comme d’autres le font dans la finance, l’import-export ou le show biz. Derrière le pseudo humaniste, se cache un être profondément imbu de lui même et particulièrement intolérant. Sa prestation à France 24 face à Ulysse Gosset est pour le moins emblématique de sa posture de façade. Oubliés les droits de l’homme, les causes humanitaires et tutti quanti, seul compte désormais son tout à l’ego. Ajoutons à cela son extrême flagornerie à l’égard de Sarkozy (même Bertrand est battu) et la scandaleuse présence de sa femme à France 24 (collusion d’intérêt, Ulysse Gosset en a fait les frais)… Derrière le cliché flatteur du gentil Kouchner se cache en réalité un arriviste et un valet…

One Trackback

  1. [...] n effet, la nomination de Rama Yade ne doit rien à sa riche et longue carrière politique que l’on connaît tous (1 an et demi administratrice du Sénat après des études à l’IEP de Paris, et un échec au concours de l’ENA) mais plutôt à un mélange d’habileté de la part de la jeune femme, et de hasard – le Sénégal (dont sa famille est originaire) s’étant opposé à ce qu’elle soit à la Francophonie. En nommant une inexpérimentée à la symbolique couleur de peau, Sarkozy ne voulait pas signifier un changement de politique, mais plutôt réussir un coup politique. [...]