Prendre un chômeur par la main…

Hier soir (avec 9 h de différé, vivant en Californie) je regarde le journal de France 2 sur le site internet de la chaîne, histoire d’avoir ma dose de bonnes nouvelles et d’esgourdir allègrement les tympans de ma chère et tendre de mes commentaires intempestifs. Au milieu de la déferlante m’apprenant en vrac l’élection de Berlusconi (ce grand inspirateur de Sarkozy), les derniers évènements liés a la crise alimentaire (je vais y revenir dans un billet dédié) l’évocation par Roselyne Bachelot de désengager la sécurité sociale sur le remboursement des frais d’optiques (désormais démentie ), j’y apprends l’orientation des discussions concernant le régime d’assurance chômage qui commenceront jeudi prochain entre les partenaires sociaux, on y évoque l’arrêt du versement de l’indemnisation chômage suite a deux refus successifs d’une proposition emploi dite valable.

Vous remarquerez par ailleurs que les femmes du gouvernements reviennent très, mais alors très souvent sur leur paroles que ce soit Yade, Kosciusko-Morizet, Boutin ou Bachelot-Narquin, phénomène qu’il m’est difficile a expliquer.

Le projet est a prendre au conditionnel, mais il a une forte chance d’aboutir. Après 6 mois de chômage un chômeur refusant deux fois des propositions d’emplois requérant moins de deux heures de transport et offrant un salaire équivalent a 70 % du salaire antérieur sera sanctionné par une diminution de son indemnité (de 20 % et plus) et / ou d’une suspension de ces indemnités (un minimum de 15 jours). La nouveauté résidant au delà de 6 mois dans les critères de transport et de salaires, puisque la diminution est d’or et déjà une option applicable et ce des le premier refus et a terme pouvant mener a la radiation.

Je ne cesserais de m’étonner du manque de travail et d’idées de nos dirigeants qui ne font que piocher leur propositions dans les pays voisins pour les adapter médiocrement a la sauce française et sans y ajouter aucune autre substance. Les agents peuvent déjà appliquer des sanctions aux demandeurs d’emplois, la nouveauté résidant au delà de 6 mois dans l’ajout de critères de transport et de salaires, puisque la diminution est d’or et déjà une option applicable et ce des le premier refus et a terme pouvant mener a la radiation. Ces radiations toutefois ne sont que peu pratiquées par des agents ne semblant pas vouloir mettre plus en difficulté les bénéficiaires des allocations chômage: “seulement 1500 radiations chaque mois” d’après Christian Charpy, directeur général de l’agence.

Plusieurs termes de ce projet sont étonnants:
Comment quantifier la durée du transport ? cela prendra-t-il en compte la possession d’un véhicule automobile, ou la distance d’accès aux transports en commun ? Nombreux sont ceux devant faire 10 minutes de marche pour atteindre un RER, changer une fois pour un métro puis un bus et enfin refaire de la marche a pied pour atteindre le lieu de travail ? Comment va-t-on donc estimer cette durée de transport.
En cherchant sur mappy.com ? en envoyant des agents tester le trajet sous diverse conditions climatiques ?
Ensuite le pourcentage du salaire antérieur, s’élevant a au moins 70 % du salaire , me semble la aussi un critère assez arbitraire, comment en juger lorsque le chômeur bénéficie auparavant d’un CDI incluant une prime annuelle, et le paiement de son titre de transport ainsi que des tickets restaurants.
De même quand est il si le travail proposé ne rentre pas en adéquation avec la formation ou la qualification du chômeur, va-t-on imposer a une couturière un poste de vendeuse dans un magasin de vêtements ?

Cette proposition me parait bancale.
Si le but de cette loi est d’endiguer les chômeurs abusifs du système de solidarité, alors je crois sincèrement qu’il ne faut pas attaquer le sujet sous cette angle.
Toutes mes connaissances ayant abusés du chômage l’ont fait en cumulant un travail non déclaré a leur indemnités ou alors en se vautrant dans des indemnités très élevées en raison d’un salaire initial important. Aucun de ceux qui étaient au Smic et qui ont vécu une période de chômage n’ont apprécié l’expérience de la précarité tout en voyant diminuer leur pouvoir d’achat de manière drastique, eux on fait face a de réels problèmes financiers. Il y a-t-il un plafond pour l’indemnité de chômage afin d’en limiter les effets pervers pour les salariés les mieux lotis?
Il y a une énorme hypocrisie autour de ce dossier et taper sur les chômeurs qui ont vraiment besoin de leur indemnité est une preuve de l’immoralité du système.
Enfin il est important de mesurer que plus de la moitié des demandeurs d’emplois ne touchent absolument aucune indemnité, car il n’ont pas cotisés assez. Cette proportion est-elle liée au type de contrats intérim ou CDD de plus en plus repandus ? Si le travail d’intérim se développe poussant le travailleur intérimaire a des alternances chômage/intérim ne lui ouvrant pas le droit a une indemnité, cela permettrait donc que le montant total des indemnités reversées diminue. Dites moi que sur ce point je me trompe s’il vous plait…

Le chômage de longue durée est un problème important, mais il faut en soigner ses causes. Un quart du chômage concerne les jeunes, que la formation de nos jeunes ne soit pas en adéquation avec le marché de l’emploi me parait ridicule. La moitié de ces offres d’emplois requiert un personnel qualifiés ou très qualifiés, que ce soit dans le BTP, les hôpitaux, l’informatique etc. Il semblerait que d’une part on ait du mal a remplir les filières et d’autres part les personnes qualifiées décident de plus en plus d’émigrer ( j’en fait parti). L’une des raisons majeure est l’attractivité de l’entreprise française au point mort car elle est peu rémunératrice, pas la peine ici d’évoquer les impôts élevés ou les charges car en comparaison avec les USA la France n’est pas si loin (le mythe de l’ultra liberté fiscale aux USA sera certainement le sujet d’un billet futur). Je vous rappelle que si la masse salariale en France évolue peu , le capital lui grossit sans cesse a un rythme élevé, les salaires bas sont maintenus bas volontairement. Par ailleurs quand est il de la politique d’immigration choisie qui aurait du combler ce manque de main d’œuvre dans certains secteurs, le fameux projet de Sarkozy pour rallier une partie des troupes frontistes va-t-il vraiment s’appliquer ?

Je ne suis pas un pro de l’économie et de la gestion du chômage en France, mais il me semble que ce projet soit un coup d’épée dans l’eau. Il est probable que certaine de mes remarques ci-dessus soient peut être fondées sur des clichés ou des approximations, je vous invite donc au débat et a compléter, infirmer ou confirmer mon discours.

Rubrique : Actualités, Ecologie, Economie


3 Comments

  1. Nicolas G
    Tuesday 15 April, 2008

    Dans les faits concrètement, cela se passe déjà comme cela, je veux dire que les conseillers anpe ont la possibilité de le faire et ca leur arrive de sanctionner en général tout ce qui est derrière travail au black. Car de ça on ne parle point et c’est peut être l’idée qu’on nos dirigeants avec ces mesures sans nous la dire.

    Concrètement tout cela est complètement stupide de toute manière, il faut aussi se méfier des effets d’annonce en grande pompe car pour que cela soit réellement appliqué il y a du chemin à faire.

  2. Wednesday 16 April, 2008

    C’est hallucinant le nombre de loi qui dans ce pays ne servent quasiment à rien sinon à faire croire que le gouvernement agit et à fournir un support d’affichage à cette prétendue action. Du flan, toujours du flan. Merci pour le café et les croissants.

  3. Carlito
    Wednesday 16 April, 2008

    salut patron, je te rassure, cette réforme va passer, et pire… le Sarkozysme pue la “révolution nationale”, après les lois sur les étrangers, voici venir le travail obligatoire… ceci dit, et pour revenir à ton analyse, je comprends que par souci d’objectivité informative, tu cherches à décortiquer le “pourquoi du comment” des différents projets de lois. Mais si les projets de ce gouvernement avait réellement pour objectif d’agir sur les sujets traités, ça se saurait :) De mon côté, je pense que les politiques annoncées, puis mises en place, et les formes de leurs annonces, montrent qu’elles ne servent qu’à envoyer des messages politiques clairs en direction des électeurs et partisans de Sarkozy, pas à agir sur la réalité économique et sociale. Flatter l’électorat ultra libéral, les électeurs FN, et les droites nationalistes réactionnaires. De ce point de vue, l’agenda politique du gouvernement depuis un an est assez cohérent, et efficace, je regrette de devoir le reconnaitre. Je pondère à gauche (hihihi) en disant qu’on pourrait aussi décortiquer le bilan de l’ère Jospiniste de cette manière. J’attends avec délectation les critiques et mise en cause sur cette analyse ;)