Obama peut-il perdre dans l’isoloir ?

Il ne reste plus que 2 semaines avant que les électeurs ne s’expriment pour choisir le prochain président des État-Unis. L’avance dans les sondages pour Barack Obama est confortable oscillant entre 4 et 14 points d’avance sur son rival, soit une moyenne autour de 7 points au vote populaire d’après le site fivethirtyeight, mais l’élection aux USA se fait via un collège électoral, avantageant encore plus Obama qui s’impose d’après les sondages dans de nombreux États ayant voté pour Bush en 2004 (les fameux swing states), avec des écarts lui assurant une marge suffisamment importante de grand électeurs pour gagner dès aujourd’hui. Malgré la légère remontée dans les sondages de McCain, probablement due à la prise de position de certains indécis suite au dernier débat, l’écart reste très conséquent au point que McCain pour gagner doit changer la donne dans plus de 6 Swing States, ce qui est énorme.

On voit bien mal comment la situation pourrait être renversée du point de vue politique tant McCain semble incapable de faire des propositions en accord avec les attentes des électeurs. Un seul cas de remontée spectaculaire eut lieu en 1980 avec Ronald Reagan qui combla en 3 semaines un retard de 6 points face au président sortant Jimmy Carter après un débat qui mis en lumière la stature présidentielle de Reagan et sa proposition de rupture économique. Mais aujourd’hui la situation est inversée, le statu quo est du côté de McCain et Obama apparait comme le politicien neuf, énergique et surtout avec un programme cohérent et adapté…

Toutefois il reste encore des questions en suspend.

l’Effet Bradley

Vous avez probablement entendu parler de cet effet “Bradley” qu’on associe à une mise sous silence du racisme dans les sondages d’opinions et qui s’exprimerait lors du vote. En 1982 , le maire afro-américain de Los Angeles, Tom Bradley (pour la petite anecdote si vous visitez Los Angeles en vol direct depuis l’étranger vous atterrirez au Terminal Tom Bradley) était en lice pour le poste de gouverneur de Californie. Lors de la fin de la campagne celui-ci était donné gagnant par la presse et les sondages (certains le créditant de plus de 10 points d’avance sur son adversaire Républicain). Or Bradley perdit l’élection de peu contre toute attente. Il y eut entre 1980 et 1992, 5 élections reproduisant le même schéma entre un candidat noir et un candidat blanc, sous evalué par les sondages. Mais, depuis une dizaine d’années le phénomène n’est plus apparent. Toutefois, le caractère inédit d’un candidat noir aux présidentielles, fait renaître cette variable, d’autant plus que la différence d’Obama, ainsi que les suspicions bidons qui y sont associées (musulmans, anti-américain, arabe, terroriste …) sont régulièrement mises sur le tapis par le camp Républicain.

Alors soyons rationnels et essayons de mettre en perspective l’aspect contradictoire de ce raisonnement qui induit que toute cette élection pourrait se jouer sur un effet Bradley:

  • Les élections soulignant l’effet Bradley sont toutes basées sur le vote populaire et non sur un vote pondéré comme pour la présidentielle. C’est à dire qu’un vote à 50-48 en défaveur d’Obama n’est pas obligatoirement une défaite pour lui, il lui faut surtout dominer dans les États rapportant une majorité de grands électeurs et à ce niveau son avance est bien plus importante. J’ai tendance à croire que l’effet Bradley pourrait s’exprimer majoritairement dans les états du sud et du mid-west, ceux la même qui votent majoritairement Républicains, si ces états votaient à 100 % McCain au lieu de 60 cela ne changerait absolument rien. Seuls les Swing states sont important à prendre en compte donc.
  • Les sondages sont bien plus conservateurs aujourd’hui après s’être fait vivement critiqués pour ne pas avoir anticipés l’effet Bradley à plusieurs reprises, ils intègrent désormais une correction pour inclure cet effet.
  • Historiquement le racisme non avoué dans les sondages résiderait chez les indécis et les indépendants. Cet aspect est évident au regard des sondages ayant souffert de l’effet Bradley, montrant un nombre tres élevés d’indécis avant le vote, qui finissent par voter contre le candidat noir, au regard de ces sondages le vote final pour le candidat noir reste dans la marge d’erreur. Le nombre d’indécis mesurés dans les sondages présidentielles est plus bas que pour les votes au Congrés, et cette année ne déroge pas à la règle avec un nombre d’indécis ridiculement bas. Vu les nombreux sondages donnant Obama à 50 % et plus, le risque de voir McCain rattraper son retard durant le vote et qu’Obama perde 3 points est relativement faible.
  • La radicalisation du parti Républicain du côté néo-conservateur donne aux plus intolérants vis à vis des noirs une occasion de se réfugier dans un vote suffisamment à droite qui ne fait pas la part belle au programmes sociaux ou à la mixité sociale. En somme le vote motivé par le racisme se cache moins qu’avant car il rejoint idéologiquement le socle sociale du GOP (Grand Old Party, soit le parti Républicain). Ainsi le nombre de personnes occultant leur racisme dans les sondages et se présentant comme indécis diminue au profit d’un vote d’approbation pour le GOP.
  • Lorsque le sujet central est l’économie comme cette année, le vote devient plus rationnel, et sur ce point, la grande majorité des Américains voient Obama bien plus qualifié que McCain. L’argent reste la motivation centrale et le thème de la sécurité intérieure, sujet qui généralement pousse les électeurs a exprimer du ressentiment face aux communautés black et latinos, a totalement été évacué cette année.
  • La population afro américaine est très mobilisée pour cette élection présidentielle, on a même vue une sous estimation d’Obama dans les sondages pour les primaires face à Clinton. Or dans les swing states cet électorat qui habituellement vote peu par manque de foi en la politique risque de se mobiliser bien plus fortement que d’habitude. Il convient de noter que les noirs votent à plus de 90% démocrates aux présidentielles.
  • La défaite en 1982 de Bradley a été interpretée comme du racisme et cela reste encore à prouver. Celui ci était maire de Los Angeles, une ville centrale en Californie mais qui n’est pas forcement appréciée par les autres Californiens vivant dans les zones rurales. Aujourd’hui au regard du soutien que reçois Obama dans les sondages en Californie il ne fait aucun doute que le présupposé racisme a évolué. J’ai tendance à en conclure que les votes motivés par le racisme ont tendances à s’exprimer bien plus dans les états pro-Républicains ou les Swing States. L’éventuelle surprise ne viendra pas des états votant pour les progressistes (Démocrates). Cela pourrait etre inquiétant dans les Swing states mais là encore il méne largement dans de très nombreux états, certains lui offrant des avances tellement confortable (plus de 10 points) que même un racisme caché aux yeux des sondeurs ne renverserait pas le vote.

Quelques sources pour appuyer mon avis: Pewresearch, if Bradley effect is gone, what happened et un article du monde

Ah et pour ceux qui veulent contredire mes quelques arguments avec l’enquête issue de Stanford sur le vote des électeurs blancs, n’oubliez pas que ces sondages sont sortis avant la crise et incluant uniquement les votants blanc sayant, ne compatibilisant pas les millions de nouveaux votants inscrits sous l’impulsion de la candidature d’Obama. Et oui les blanc votent majoritairement McCain, mais aux USA les black et les latinos votent aussi…Les résultats du sondage sont interprétatifs d’un racisme en rapport avec un questionnaire sur des adjectifs qualificatifs sur les noirs. Utiliser un sondage d’opinion pour souligner que le racisme ne s’exprimerait pas dans les sondages est un sacré comble :)…

La fraude électorale

En 2000 Bush a été elu sur une décision de la Cour Suprême qui a offert le vote de la Floride (état gourverné à l’époque par le frère de GW bush, Jeb). La fraude électorale n’a pas été avérée juridiquement mais le doute est largement permis: de nombreux votants ont vu leur vote refusé, en 2004 le même scénario s’est passé dans l’Etat d’Ohio où Kerry n’a même pas eut le courage de demander un recompte….
Depuis des lois ont été votées, par le Congrés majoritaireement démocrates depuis 2006, qui devraient permettre de réduire la fraude électorale. Mais cette semaine, un journaliste de la BBC, Greg Palast vient de publier un rapport avec Robert F. Kennedy Jr. mettant l’accent sur les nouvelles techniques de fraude qui pourraient influencer l’élection en Novembre : Le Colorado a rejeté une inscription sur 6 dans cet Etat clefs où les sondages donnent Obama victorieux.

Toutefois, l’élection ne semble pas se jouer sur un seul Etat comme en 2000 et 2004, Obama méne dans de nombreux états qui ont voté Républicains en 2004: Colorado, North Carolina, Minnesota, Nevada, New Mexico, Michigan, Virginia, Missouri, et la bataille est serrée en Ohio et en Floride. Renverser par la fraude autant d’états semble impossible
On vient par ailleurs d’apprendre que la Cour Suprême venait de refuser la demande du camp républicain de revoir la validité des inscriptions de 200 000 nouveaux votants en Ohio, signe que les manoeuvres républicaine visant à toujours faire réduire le nombre de votants (ce qui tourne à leur avantage en général) ne sont plus automatiquement accéptées.

Je vous invite à voir le documentaire Free For All, fort intéressant sur le sujet

Epilogue

La campagne de désinformation quant à elle continue, que ce soit sur William Ayers, ou à nouveau sur l’éligibilité d’Obama via cette vidéo qui connait un grand succés sur youtube (plus de 2 millions de vues en 12 jours) mais qui est pourtant un tissu de mensonges et d’approximations : La demi-soeur Kenyanne d’Obama, Maya aurait ainsi assisté à la naissance de son grand frère, ou encore Mccain aurait rendu public ses dossiers médicaux contrairement à Obama, ce qui est l’inverse, on attend toujours que McCain livre son dossier afin de savoir l’espérance de vie que les docteurs donnent à ce miraculé qui fut atteint à 4 reprises par un cancer de la peau…. Démontage en règle de la vidéo chez Snopes ou FactCheck.

Malgré tout je reste optimiste sans pour autant crier à la victoire du camp Démocrate, 2 semaines c’est encore bien long et de nombreux événements inédits pourraient encore troubler la répartition électorale. Et quand bien même Obama semble la personne la mieux préparée à affronter les 4 années de récessions que les Etats-Unis vont traverser, les prédictions des économistes quant à la situation économique des USA sont terriblement négatives (on parle d’une cessation de paiement durant l’été 2009). Si Obama aura bien peu de chances de renverser la vapeur, il reste toutefois le choix le plus sage afin que ce déclin se passe sans un sursaut militaire dévastateur.

Rubrique : Actualités, International


14 Comments

  1. Wednesday 22 October, 2008

    que dire ?
    comme d’hab’ !
    merci et bravo.

  2. hristou
    Thursday 23 October, 2008

    je suis depuis un bon moment cafecroissant et cela va être ma 1ere réponse.
    Concernant le vote latino, il ne faut pas oublier qu’il vote republicain principalement à cause de l’embargo décrété. Ce qui peut desservir Obama car il désire se “rapprocher” .

    Sans compter le fait de la couverture sociale que beaucoup d’américains refusent à certains sous prétexte de la liberté d’entreprendre et de l’american dream. Mais je suis d’accord avec cette analyse. La question raciale y sera pour beaucoup, sacré amerloque.

  3. Thursday 23 October, 2008

    Salut hristou

    merci de suivre Cafecroissant :) et merci de participer cela fait toujours plaisir de susciter l’envie de dialoguer.

    Concernant le vote latino , il est surtout tourne vers les conservateurs en 2000 et 2004 car Bush mettait la religion au centre de sa campagne ce qui plait beaucoup a cette communaute tres catholique et pratiquante, vivant la famille comme le centre de toute morale. Toutefois McCain n’a pas cet avantage et s’avoue lui meme pas si religieux que ca, a vrai dire il frequente beaucoup moins son Eglise qu’Obama. Et Palin ne suffit pas a renverser cette image tant sa pratique religieuse dans le grand nord est deconnecte de la pratique catholique des latinos.

    Resultat dans les sondages : 65 % des latinos soutiennent Obama…

    concernant la couverture sante, les americains soutiennent largement plus Obama, seule la base republicaine soutient McCain. A ce niveau aucun doute que Obama marque des points.

    Ce qui handicap Obama par rapport a McCain sur leur programme c’est plus la question internationale ou les electeurs ne sont pas sur d’y voir tres clair, sur la question de l’inexperience aussi McCain attire plus la confiance…

  4. Thursday 23 October, 2008

    Petit ajout concernant le vote anticipe qui semble etre un raz de maree de la part des nouveaux votants democrates :
    http://news.bbc.co.uk/2/hi/ame.....687495.stm

  5. les ficelles du métier
    Saturday 25 October, 2008

    De mon point de vue de type moyennement informé sur la question, votre article, lu attentivement, convainc. Je reviendrai. A +!

  6. Saturday 25 October, 2008

    Article très pertinent, mais je crois qu’il faut arrêter le spectre de l’effet Bradley. Les choses ont bien évolués depuis 25 ans. En même temps, on sait à quel point l’électorat républicaine peut être dure et l’électorat démocrate molle. Il apparat aujourd’hui évident pour moi que Obama gagnera. Disons à 75%.

    Voir arguments pour la victoire d’Obama –> http://www.terrepolitique.com/.....nd-ennemi/

    Voir arguments pour la victoire de McCain –> http://www.terrepolitique.com/.....ericaines/

  7. Thursday 30 October, 2008

    Comme tu le dis, ce n’est pas gagner … étrange pays que les USA.

    A+

  8. Friday 31 October, 2008

    Dis moi garçon, franchement, tu crois qu’Obama va résoudre la crise? Qu’il va faire “reculer les océans”? (sic) Ou bien que les américains sont assez glands pour ne pas se rendre compte que Farrakhan, Ayers et maintenant Rashid Khalidi (http://5-yearslater.com/?p=4004) ne collent pas à l’image que les pères fondateurs ont voulu collé à ce grand pays?

    J’trouve ça marrant tous ces français qui soutiennent Obama, un mec qui pourtant a réaffirmé le bien fondé de la peine de la mort. Est-ce que BHL peut nous expliquer, lui qui “court” en Géorgie pour dénoncer les manoeuvres russes en plein été?

  9. Friday 31 October, 2008

    MT:
    il ne resoudra pas la crise, mais ne risque pas de l’empirer comme le ferait McCain qui n’a aucun progamme economique et qui se contredit sans cesse.
    Les americains sont surtout suffisament gland pour ne pas etre capable de citer le noms des peres fondateurs… Ensuite lier Obama a Ayers, Khalidi … ou encore mieux Farrakhan ( qui condamne Obama) c’est verser dans la propagande a deux balle du GOP et cela suggere surtout une faiblesse de votre part concernant l’analyse de la situation. Vous seriez plus juste de denoncer les liens d’Obama avec les nombreuses corporates qui le financent et le soutiennent…

    Les francais etaient pour la peine de mort a une large majorite lorsque Mitterand est passe et que Badinter l’a faites abolir quelques mois plus tard. Les questions de societes comme celle ci ne se regle pas via le president (en somme pas par la voix du peuple) mais via la cour supreme et la legislation de chaque Etats.
    Ce qui devrait vous faire plus rigoler ce sont les Republicains qui soutiennent un socialo-terroriste-musulman en la personne d’Obama (la liste est trop longue, je vous laisse chercher)

    Concernant les oceans, non ce n’est pas le messie, mais il est bel et bien le seul a ne pas etre retiscent a appliquer un progamme qui vise a reduire drastiquement ( pas suffisament pour resoudre le probleme evidemment) les emissions de gaz a effets de serre…

    Mais c’est pas grave la reacosphere s’y fera d’avoir un president noir et plutot a gauche a la tete de leur pays fetiche…

  10. Friday 31 October, 2008

    ah j’oubliais BHL ne lit surement pas ce blog, et je ne m’en porte pas plus mal :)

  11. Friday 31 October, 2008

    Avant toute chose, je tenais à verser cet élément au débat qui nous occupe (et que j’espère fructueux!): je n’ai jamais aimé McCain. J’aurai préféré Fred Thompson…ou à l’extrême limite Rudi le Rital, mais les Républicains n’ont pas été bien malins. Une fois McCain investi, ce n’est pas la chère madame Pallin qu’il aurait du désigner, mais bel et bien le gouverneur de la Louisiane. Cela aurait fait plaisir au français de surcroit.

    C’est drôle Garçon, parce qu’au fond, nous ne sommes d’accord sur rien si ce n’est peut-être sur la beauté plastique qui exsude de la contemplation monotone et passive de certaines femelles de notre espèce.

    Mais expliquez moi pourquoi John McCain, si tant est qu’il soit élu, viendrait porter l’estocade finale à la crise qui balaye tout sur passage?

    Je ne veux pas prendre sur votre temps que j’imagine précieux, mais vous soulevez tout de même quelques éléments qui doivent faire débat et par conséquent, nier comme vous le faîtes fort opportunément les liens qui unissent Obama à Farrakhan, revient à nier l’exquise féminité qui jaillit du corps de Madame Pallin. Bof…ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autre. Vous n’avez pas encore atteint le stade ultime du négationnisme, mais tout de même! Avouez que le peu d’entrain que manifeste la rédaction du LA Times aux demandes légitimes du peuple américain eu égard à une vidéo au contenu apparemment bien embarrassant pour Obama, peut paraître un tantinet suspect. Trouvez pas?

    Sur sa capacité à faire reculer le niveau de mers et des océans, je vous renvoie à son discours d’investiture. Je n’invente rien…malheureusement!

    Aussi, un tel volontarisme a de quoi faire trembler. Qu’un homme, un seul, ose affirmer qu’il peut “changer le monde” (sic), c’est reconnaitre que le monde est malade et donc que si le monde souffre, c’est que ses éléments constitutifs (à savoir: je, tu, il, nous, vous, ils) souffrent également. Qu’il est donc impératif de leur administrer un bon traitement. Tout cela est très discutable. On en vient aux racines du mal et à la question qui nous sépare d’un point de ontologique: l’homme est-il mauvais?

    Enfin, je suis très flatté de savoir que vous connaissez la réacosphère. Vus y trouverez des sites merveilleux et plein d’entrains!

    En attendant de pouvoir découvrir votre réponse, je vous prendre un picon Garçon!

  12. Friday 31 October, 2008

    @ MT
    “Mais expliquez moi pourquoi John McCain, si tant est qu’il soit élu, viendrait porter l’estocade finale à la crise qui balaye tout sur passage?”
    Il n’a aucun programme economique, il est un jour pour le bailout, le lendemain contre, mais pour quand meme, c’est une girouette. Son seul objectif c’est le fauteuil du bureau ovale.
    Si il etait elu c’est donc le congres qui ferait la politique du parti republicain, c’est a dire une politique de deregulation encore plus importante. Il suffit de voir ce que l’administration Bush essaye de faire passer en terme de deregulation (en pleine crise financiere tout de meme) : http://www.washingtonpost.com/.....id=topnews

    Mais bon un journaliste de la Fox comme Cavuto sera peut etre plus a meme de vous convaincre (ou d’ajouter a votre frustration):
    http://crooksandliars.com/john.....mic-matter

    La video dont vous parlez a propos du La Times a ete diffusee, et elle a ete refute car prise hors de son contexte… informez vous s’il vous plait…
    Et donnez moi la preuve d’un lien fort entre Farrakhan et Obama, moi j’en suis reste la :
    http://blog.washingtonpost.com.....tem_1.html
    pour etablir une influence de Farrakhan sur Obama il ne faut pas seulement que celui ci supporte Obama. Je vous signale par ailleurs que McCain lui meme a recu le soutien d’un groupe pro Al Qaida (sic):
    http://washingtonindependent.c.....for-mccain

    pour la question des mers et des oceans vous parlez du discours durant la convention democrate, argumentez avec une video ou un transcript car je suis curieux a propos de cette histoire d’ocean :)

    Cet homme ne parle pas de changer le monde mais de changer la direction du pays, la politique menee par le president. Bush a bel et bien change drastiquement la politique des USA, pourquoi un autre ne pourrait pas revendiquer une meme capacite dans une autre direction ?

    sur la queston ontologique : oui le monde souffre… l’homme est ni bon, ni mauvais. Le manicheisme est l’ennemi de la reflexion…

    Pour ce qui est dela reacosphere, je n’apprecie mais alors pas du tout les divers courant de pensee qui s’y developpent, mais je dois reconnaitre un style dans l’ecriture chez certain que moi meme je n’ai pas…

    Une remarque, l’expert que vous etes ne sait pas orthographier le nom de Palin….

  13. Friday 31 October, 2008

    Ahj’ai trouve le discours d’obama :
    http://fr.youtube.com/watch?v=kbbIQFcEhcQ

    Il ne dit pas qu’il va faire reculer les oceans et soigner la planete. Il dit que si les americains sont pret a peser sur leur avenir, il est certain que dans plusieurs annees, 2008 sera le moment que nos enfants regarderont en se disant que c’est a partir de la que le pays a decide d’agir afin de ralentir la montee des eaux, et de se preoccuper de la planete…

  14. shoxtl1
    Thursday 12 August, 2010

    1. fans. According NIKE TN to the front fans, Dalian fans crazy car was hard on at the same time, the majority of fans inside the car were FERRAGAMO SHOESbruised arms, two fans brief heavy casualties. Shaanxi

3 Trackbacks

  1. […] comme l’indique Garçon, de Café-Croissant, dans son billet Obama peut-il perdre dans l’isoloir?,: La radicalisation du parti Républicain du côté néo-conservateur donne aux plus intolérants […]

  2. […] américaines où Barack Obama est donné vainqueur (un résultat à prendre d’ailleurs avec beaucoup de pincettes), la concomitance d’attentats en Somalie (28 morts, notamment du PNUD),  en Inde (30 […]

  3. By Café-Croissant, première bougie | Café-Croissant on Sunday 4 January, 2009 at 0:57

    […] Obama peut il perdre dans l’isoloir ? […]