Le gouvernement a l’assaut d’internet

Hier je mettais dans ma première revue du net, un lien vers un article de Arrêt sur Images mettant l’accent sur le vif intérêt que le gouvernement porte en ce moment sur internet et les moyens de le réguler, dans le cadre le mise en place de la loi hadopi.

http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=809

Un extrait de l’article :

Franck Louvrier, conseiller pour la presse de Nicolas Sarkozy, dans Libération du 4 juin :
“Alors que l’outil devrait permettre le déploiement d’un espace public de discussion et de débat, il semblerait qu’il s’intéresse plus à dévoiler les dessous de la vie privée de chacun », regrette le conseiller. « Mise à disposition des informations personnelles, rumeurs anonymes, usage faussement amateur de la vidéo qui consacre la violation de l’intimité et du droit à l’image… Ne faisons pas d’Internet le temple du voyeurisme et sachons préserver l’acquis historique de la sphère privée”

Et bien aujourd’hui confirmation des tractations du gouvernement dans ce sens sur le site PCImpact:
http://www.pcinpact.com/../neutralite-FAI-operateurs.htm

Extraits :

Le gouvernement tente actuellement de faire signer d’ici le 10 juin par les FAI, les opérateurs de télécom et les prestataires (fournisseurs en ligne et éditeurs) une charte dite sur la « confiance en ligne ». Ce document, issu du ministère de l’Intérieur, est une petite bombe pour ces fournisseurs de tuyaux plus habitués à la neutralité de leur fonction. Il s’inscrit dans le cheminement de la charte sur les contenus odieux de 2004 et les travaux du forum des droits de l’Internet afin de construire un internet civilisé et sécurisé.

Suppression automatique des contenus “passifs”
Le texte en ébauche indique aussi « la possibilité de prévoir contractuellement une modalité de suspension de la possibilité de publier, par des personnes autres que le créateur de l’espace, en l’absence de toute mise à jour, modification, intervention ou modération d’un contenu depuis trois mois ; ainsi que l’existence de mesures de suspension ou de suppression de l’espace ». Est-ce un droit à l’oubli automatique qui se dessine là ? Ou, plus vraisemblablement un moyen élégant de faire disparaitre des écrits, images, vidéos que l’on n’aura pas trouvés dans les trois mois de prescriptions des délits de presse ?

et un petit retour sur la charge de Nadine Morano dans l’émission Revu et Corrige a titre d’exemple :

Je vous invite vivement a lire l’ensemble de l’article de PCinpact et a suivre cette affaire de près… Ça fait froid dans le dos.

Rubrique : Actualités


2 Comments

  1. Saturday 7 June, 2008

    J’étais justement en train de faire un article à ce sujet suite à celui de PCInpact.
    C’est clair qu’il faut rester vigilant…

  2. MiKE
    Saturday 7 June, 2008

    ” sachons préserver l’acquis historique de la sphère privée ” .. c’est bien le relais RP d’un gars qui fut le ministre de l’intérieur ayant le plus promût les missions des RG (notamment dans les banlieues) qui dit ça ?!