Lagarde vous prend pour des cons, la Caisse d’épargne aussi !

Je dis “vous” car pour ma part c’est plutôt Paulson et Bernanke qui me prennent pour un abruti car je cotise aux USA. Toutefois, quand je vois ce week-end au journal de France Christine Lagarde notre super ministre des finances nous dire la réalité de ces émotions profondes et sincères : elle était vraiment, vraiment en colère contre les petits malins de traders qui ont fait perdre 600 millions d’euros à la caisse d’épargne en jouant sur les marchés boursiers… alors même que le gouvernement comme elle le dit fait tout plein d’efforts pour assurer le financement des investisseurs, des entreprises et des ménages… euh l’état assure le financement des investisseurs??… c’est quoi cet aveu à la con ? en séparant entreprises et investisseurs entend-elle par la que l’État cherche à sauver les investisseurs particuliers, je croyais que l’idée c’était de débloquer les crédits en relançant la confiance au niveau des prêts interbancaires … Bien disons que c’est un lapsus, je vous en laisse juger vous-même :

Nous voilà ainsi rassuré, la broutille de 600 millions ne met pas en danger le futur de la Caisse d’épargne! youpi !!
Mais, oh surprise, on apprend aujourd’hui que l’État Français a décidé de renflouer 6 banques Françaises à hauteur de 10,5 milliards d’euros en fonds propre. Et je vous le donne dans le mille, 1,1 milliard pour l’écureuil, bingo !

En vertu de ce plan, l’Etat s’engage à souscrire d’ici à la fin de l’année à des titres de dette subordonnée émis par les banques concernées avec un taux d’intérêt supérieur d’environ 400 points de base au taux utilisé pour des prêts “sans risque”.
Le Crédit Agricole recevra la somme la plus importante, soit trois milliards, BNP Paribas 2,55 milliards, la Société générale 1,7 milliard, Crédit Mutuel 1,2 milliard, les Caisses d’épargne 1,1 milliard et les Banques populaires 950 millions.
source : Le Monde

Amusant de voir l’État prêter aux banques, tout en sachant que pour prêter l’État lui-même emprunte en mettant des obligations sur le marché des changes, obligations elle même régulièrement achetée en parti par … les banques !! Je n’irais pas faire les calculs sur les taux d’intérêts et les échéances de remboursements mais j’ai l’intuition que les banques, dont l’objectif est la recherche de profit contrairement à l’État qui adore balancer du pognon dans les poches du privés (dernier exemple en date la privatisation de La Poste), ne doivent pas être en désavantages.

Bon après ça si vous en tirer des conclusions comme quoi ce gouvernement prend les Français pour des abrutis, cela n’engage que vous. Je penses pour ma part qu’il ont déjà baissé le pantalon du contribuable et que celui-ci est en train de ramasser les billets qui gisent dans l’eau de la douche.

Afin d’assurer une petite transition vers mon prochain billet, voici une petite photo de notre amie Lagarde se penchant de manière synchronisée avec l’ami DSK durant le G8 il y a quelques mois quand tous ces guignols n’avaient pas encore anticipé la crise…

Rubrique : Actualités, Economie


8 Comments

  1. Monday 20 October, 2008

    écoeuré ….. toujours l’impression d’être à la merci de guignols politiques et soit-disant financiers … surtout que caisse d’épargne et banque populaire se marient ce qui monte leur “subvention” à deux milliards. Les caisses de l’état étaient vides, creusent-on le gouffre ?

  2. Tuesday 21 October, 2008

    L’Etat mettant 10M€ dans la balance, on peut imaginer qu’il propose 10M€ d’obligations sur le marché. Or ces obligations ont une rente supérieure aux prévisions de croissance, donc au final l’Etat est gagnant.

    Ensuite, il faut comprendre que les entreprises bancaires françaises ne sont pas en difficultés et n’ont jamais dit l’être. Christian Noyer, président de la Banque de France a confirmé : “La Banque de France tient à préciser que tous les groupes bancaires concernés présentent actuellement un niveau de fonds propres tout à fait satisfaisant”.

    Alors pourquoi injecter des fonds ? Tout simplement pour renforcer la confiance nécessaire pour que les banques, qui contrairement à ce que tu sembles penser sont très vigilantes face à la crise, prêtent aux entreprises.

    Oui, aux entreprises. Ces entreprises dont la dette dynamique est le principal moyen de financement (quand il n’est pas le seul). Dans le cas français, les PME et TPE qui risquent de licencier si rien n’est fait.

    L’autre solution eût été que l’Etat prête lui-même aux entreprises. Mais sûrement a-t-il penser que là n’était pas son métier. Aussi prend-t-il part aux capitaux bancaires pour, indirectement, influer leur politique d’accord de prêts de financement.

  3. Tuesday 21 October, 2008

    @ Boris
    les obligations ne rapportent pas d’argent a l’Etat de maniere directe, c’est l’acheteur qui va recuperer la somme plus les interets… je me trompes pas la dessus ? si ? Et ces acheteurs ce sont des acteurs du marche boursier : petits porteurs, investisseurs, banques , Autres pays etc…

    Tu dis ensuite que les banques ne sont pas en difficultes, dans le cas de la caisse d’epargne c’est difficile a avaler avec le merger en court… sans mentionner l’erreur de 600 millions.
    Mais surtout si ces banques ne sont pas en difficultes pourquoi ne se font elles pas confiance ? Franchement surtout lorsque elles etaient toutes autour de la table de Lagarde pour decider de la repartition de ces 10 milliards de fonds propre.

    Elle ne se font pas confiance car personne n’a acces a la realite des comptes, et la parole des dirigeants de banque ne fait pas foi ! Il est evident que la confiance n’est pas la car une bonne partie des banques ont investis dans les CDS et CDO pourris en provenance des USA et qu’ils savent tous la situation eventuelle des autres banques. L’objectif c’est surtout de pouvoir relancer du credit pour contracter des interets. Bien entendu que les PME , TPE devraient voir l’acces au credit un peu plus ouvert, mais c’est un rouage du systeme, absolumenet pas une fin en soit. L’objectif des banques c’est bel et bien le profit et la rentabilite, meme en periode de crise, sinon il ne maximiserait pas leur marge sur les taux d’interet quand les banques centrales passent les taux directeurs a la baisse.

    Ensuite questions acces au credit, et c’est un regard plus personnel, je ne crois pas au conte de fees. Mes parents ont une station essence – garage et leur commerce souffre grave. Leur banque ne leur accorde un decouvert que de 2000 euros, et leur ont refuse un pret de 10 000 euros pour tenter de relancer leur activite avec quelques investissements. Je te ferais signe si leur situation se debloque, mais je peux deja t’annoncer que leur concurrent direct a la pompe (le supermarche au bout de la rue) lui n’a pas de probleme pour emprunter.

  4. Tuesday 21 October, 2008

    1/ L’Etat prête aux banques à plus fort taux qu’il ne cède les obligations. Et puisqu’il vend des obligations à plus fort taux que la croissance, cela veut dire qu’il prête à plus fort taux. Au final, ça fait de l’argent. Certes, sous forme de créance, mais de l’argent quand même.

    2/ La question de la confiance est purement humaine, il n’y a rien de logique là-dedans. Imagine que tout le monde soupçonne ton voisin de n’avoir plus rien pour payer son loyer et qu’une rumeur coure sur lui disant qu’il vend ses meubles pour y arriver. Lui prêterais-tu ta voiture, même s’il te fournissait toutes les preuves réfutant ces hypothèses ?

    3/ Il faut choisir : soit personne n’a la réalité de comptes soit tout le monde est au courant des comptes des autres. Mais les deux en même temps… :D
    En dehors de cette taquinerie, il ne faut pas confondre intérêts des banques et intérêts de l’Etat. L’Etat a pour objectif de relancer la croissance et donc les investissements et donc les prêts. Les banques ont pour objectif également de relancer les prêts, puisqu’elles font leur chiffre dessus ! Les deux intérêts se rejoignent. Mais cela ne veut pas dire que l’Etat soutient les banques, comme le présente maladroitement les journalistes !

    4/ Pas de couplet misérabiliste. Si tu veux qu’on en parle, j’ai des parents commerçants qui ont déposé le bilan à cause d’un parking creusé devant l’affaire et réduisant le trottoir à 15cm, sans aucune indemnité. On peut pleurer. Et on peut trouver encore 40 exemples du même genre impliquant une concurrence des petits face aux gros ou une injustice sociale flagrante.
    Mais encore une fois l’Etat n’est pas les banques. Si leurs intérêts se rejoignent parfois ils ne convergent pas en permanence. Ton exemple le souligne parfaitement.
    Le prêt de 10 milliards permettra peut-être de relancer le secteur automobile ou encore l’aéronautique, soit des centaines d’emploi menacés. A suivre.

  5. Tuesday 21 October, 2008

    1/ tres bien, mais les banques elles pretent cet argent avec un taux d’interet encore plus eleve aupres TPE/PME. Dans ce cas la pourquoi l’Etat ne prete pas directement aux entreprises comme tu le suggeres… que ce ne soit pas son metier me semble un peu court comme argument.
    La realite c’est que les banques ont des actionnaires au cul qui veulent voir leur dividendes et la valeur boursiere remonter. Je n’aime pas cette logique et le langage qu’utilises lagarde ou le porte parole des caisses d’epargne me donne la nausee. Piree c’est quand memes les banques commerciales et les banques d’investissements qui ont foutu ce souk , justement avec des objectifs de profit a court terme…

    Et dans le fond que l’Etat soit gagnant ou pas n’etait pas initialement mon propos, Ce qui est simplement eprouvant c’est la simplicite du propos qui vise a dire que lEtat pret eux banques sans soulever la question que ces memes banques vont elles meme preter a l’Etat. Mon petit commentaire opiniatre sur le gain eventuel des banques ne remettait pas en question le gain de l’Etat lui meme…

    2/ Si la confiance est purement humaine et basee sur des rumeurs pourquoi les banques ne publient pas les comptes pour nous demontrer que tout va bien et relancer le credit, vont elle attendre qu’il y ait une crise plus severe qui leur donnera un pretexte pour annoncer finalement des comptes dans le rouge…comprenez m’ssieurs la recession…toussa.

    3/ je ne vois pas bien le sens de la taquinerie car je souscrit a la transparence totale des comptes.
    Si l’Etat ne soutenait pas les banques elles imposerait des taux d’interet commerciaux plus bas pour relancer le credit, elle imposerait par la loi les propositions dont Sarkozy parlait pour “redonner de la morale au capitalisme” …
    A ce niveau la je penses que c’est une question d’opinion, je ne te crois pas plus objectif que moi sur ce sujet :)

    4/ Si, si je veux. Et comme toi j’espere effectivement que Thales, Dassault, Renault, Peugeot, et pis tiens pourquoi pas Carrefour et autres s’en sorte de cette crise. Toutes ces boites a l’agonie qui sont pretent a tout pour ne pas licencier doivent survivre c’est certain…
    Les premiers employeurs en France ce sont les TPE/ PME , pas les entreprises du CAC qui se gavent meme en periode de crise ce seront les derniers a souffrir…

    PS : desole si je suis un peu remonte, en revenant de chez le dentiste un flic m’a colle un pv avec assignation au tribunal pour exces de vitesse, donc ne vois rien de personnel, juste un peu de passion ;)

  6. Wednesday 22 October, 2008

    La passion n’est jamais un mal quand elle s’accompagne d’arguments. Et puis à discuter ensemble, j’aime à penser qu’on finira moins idiots ! C’est un peu ça la politique ;)

    1/ On est d’accord, la question du gouvernement comme détenteur et prêteur de fonds se pose aujourd’hui dans la relation aux PME/TPE.

    2/ Les banques ne publient pas leurs comptes au jour le jour car elles en sont incapables, comme quasiment toute entreprise. Quand tu vois que certains n’arrivent même pas à faire un bilan annuel (ma Libellule fait l’auditeuse comptable pour les PME, c’est parfois très drôle)…
    Certes, Bâle II impose le calcule d’un ratio de solvabilité quotidien. Mais il s’agit davantage d’une estimation que d’une affirmation…

    3/ Un Etat à ce point interventionniste, pourquoi pas ? Ça ne risquerait pas de faire fuir les banques (et donc les crédits) ?

    4/ Rien à ajoute ;)

  7. Wednesday 22 October, 2008

    1/ :)

    2/ je sais bien qu’elles ne publient pas leur compte au jour le jour, et qu’elles ne seraient pas capables de le faire. Elle meme n’ont aucune idee de l’etendue des degats cause par la titrisation, puisque les banques ne sont pas transparentes entre elles sur les CDS /CDO… mais malgre tout elles (les banques pas les PME) en font surtout le moins possible et en montre le moins possible via des montages financiers… Ces deux dernieres annees ont ete consacre a maquiller la plaie afin de conserver la confiance du marche, ca me fait penser a ma fille de deux ans qui dessine sur les murs de la maison des fresques et qui quand ellle s’apercoit qu’on la regarde avec un air en colere met ses deux petites mains sur le mur pour cacher son oeuvre…

    3/Je penses que dans la situation de crise actuelle les banques ont bien moins le choix de fuir qu’avant. Et puis c’est a la politique de mettre des regles en place au niveau international pour eviter la fuite des capitaux. Le premier pays qui mettra de tels mesures en place pourrait bien etre les USa car c’est eux qui risquent le plus. Si la crise de confiance vient a s’amplifier et que le dollar qui est a la hausse finit par s’effondrer comme bcp le penses, je n’ai aucun doute que la politique americaine se radicalisera pour maitriser son economie.

    4/ ;)

  8. Monday 17 August, 2009

    Dieu soit loué!
    Vivement que cette personne ne soit ministre de notre pays. Elle n’arretait pas de se contredire en plus.