La santé version US en France pour 2012?

Nous y voila, je vais passer sur la réforme de la fonction publique, en parti nécessaire, mais évidemment menée de manière partisane ce qui invalide profondément son succès. Un bon point toutefois pour la réforme des régimes favorisant la prise de retraite du fonctionnariat en Outre Mer, privilège qui était franchement ahurissant aujourd’hui.
Je passerai aussi sur le joli pied de nez à Martin Hirsch concernant le RSA, car bien entendu personne en Mai 2007 n’aurait pu anticiper la crise économique de 2008 qui va empêcher la tenue de cette promesse de Sarkozy. Tiens je ne parlerai même pas de la fin des
tarifs sociaux de la SNCF (subventionnés a la hauteur ridicule de 70 millions d’euros et qui permettront sûrement de financer l’envoi des troupes en Afghanistan).

CAHORS (AFP) – Nicolas Sarkozy a durci le ton, mardi à Cahors (Lot), sur les politiques sociales, qu’il lie au déficit et à la dette, et a prévenu que le RSA, âprement défendu par Martin Hirsch, Haut commissaire aux Solidarités actives, serait calibré en fonction des finances de l’Etat.

[…] “Transmettre à nos enfants la facture de nos dépenses de santé et de retraite, via la dette, alors même que la population française vieillit est profondément immoral. Nous reviendrons à l’équilibre de nos régimes sociaux, là encore par la réforme”, a-t-il promis

“Les politiques sociales ne peuvent continuer ainsi à alimenter le déficit et la dette”

Non ce qui m’intéresse dans ces quelques citations c’est ce “transmettre à nos enfants la facture de nos dépenses de santé” … Voila donc un premier pavé dans la mare.
Lorsque Sarkozy fut élu l’an dernier j’étais certain qu’une partie de son action au gouvernement concernerait la dérive de la sécurité sociale vers une privatisation plus ou moins lente. Je ne connais pas le détail des propositions qui sont en train de prendre forme chez les parlementaires, mais je vais expliquer un petit peu mes expériences vécues aux USA et les raisons qui me poussent a penser que la France va se diriger vers le modèle américain durant les 10 prochaines années, au moment ou les candidats démocrates a la présidentielle aux USA prennent une direction opposée.

Je suis arrivé aux USA suite a une proposition d’emploi incluant une assurance maladie nommée Blueshield.
Cette assurance privée offre plusieurs options parmi lesquels l’entreprise choisi un plan pour ses employés, suivant ses finances. Je faisais donc parti des chanceux assur
és aux USA (40 millions ne le sont pas du tout), mais le système ne marche pas tout a fait comme en France, enfin pas comme en France quand je l’ai quitte en 2003, car visiblement il y a déjà eut quelques changements en direction d’un système a l’américaine. Lorsque je vais chez le médecin je dois payer un forfait appelé un copay. Cette somme suivant les différentes assurances que j’ai pu avoir depuis 5 ans oscilla entre 10 et 25 dollars (aujourd’hui ca bloque plutôt vers 20). Alors forcement ça vous doit faire sourire vu le prix de la consultation en France.

Mais il faut comprendre que les frais médicaux aux USA sont une vraie manne financière, une amie française venant rendre visite a son copain a eut la superbe expérience de tomber malade un Samedi soir. Aux USA quand on tombe malade le weekend ou entre 18h et 8 h le matin il n’y a que deux solutions appeler les urgences ou se déplacer soit même vers le service d’urgence d’un hôpital. Et oui la privatisation du système n’offre pas automatiquement de médecins de garde ou de pharmacies de garde, mais heureusement les supermarchés 24h/24 ont des produits pharmaceutiques en rayons, et quelques chaines ont même des pharmacies intégrées (rarement ouvertes 24h/24) permettant d’obtenir les médicaments non disponibles en rayon. Bref, on conduisit notre amie vers les urgences, après 3 h d’attente sans voir George Clooney débarquer ( pas grave en soit il y avait surement des cas plus urgent) elle put enfin être consultée par un interne du service qui diagnostiqua un état grippal et posa deux médicaments sur ordonnance, dont un médicament avec inscrit en gros sur la boite stéroïd, ce qui nous a un peu surpris sur le coup. Le tout a récupérer a la pharmacie de garde se trouvant a quelques kilomètres de distance, la pharmacie de l’hôpital étant fermée le weekend…N’étant pas assurée aux USA ils lui présentèrent la facture qu’elle du régler sur le champ : 250 dollars pour la consultation, et 500 dollars de médicaments génériques. Bam, heureusement la sécu et sa mutuelle en France la remboursèrent par la suite.

Cela devait faire trois mois que j’avais migré vers la Californie et je me disais que bon forcement sans assurance ce genre de débordements pouvait arriver et que peut être le weekend, les hôpitaux pratiques des prix plus élevés. Etant plutôt en bonne santé j’oubliais un peu l’affaire, et la situation ne semblait pas trop difficile a gérer pour les petits bobos puisque bon nombre de médicaments pour le rhume, les rhyno, les maux de têtes sont disponibles directement en supermarché sans ordonnance a des prix relativement raisonnables. Puis de temps en temps j’entendais des histoires étonnantes : un collègue venant du Texas fut motivé pour venir travailler en Californie ou les salaires sont plus hauts dans mon secteur pour éponger au plus vite un endettement à hauteur de 40 000 dollars à 30 ans. En effet il s’était fracturé un bras en faisant du BMX et l’assurance refusa de prendre en charge ses frais d’hôpital car il n’avait pas prévenu l’assureur avant l’intervention (il était inconscient après sa chute) afin d’obtenir leur approbation pour le remboursement et aussi pour la circonstance aggravante qu’il était de sa responsabilité de ne pas prendre de risque en utilisant un véhicule potentiellement dangereux. La mauvaise foi d’une assurance privée n’a pas beaucoup de limite (Sicko de Michael Moore malgré quelques approximations, oublis et partisanneries excessives relate assez bien de ces dérives).

Puis ma femme et moi décidâmes d’avoir un enfant, et ce fut un parcours du combattant. Dans un premier temps nous étions affublés d’un gynéco incompétent et misogyne qui parlait à ma femme comme a une enfant de deux ans en pratiquant sa discipline sans aucune douceur (j’vais pas vous faire un dessin). Sur les conseils d’une amie (pas dans le besoin) ont fit une visite chez une gynécologue en dehors du programme blueshield (car tous les médecins ne sont pas couverts par les mêmes assurances), résultat des courses une seule consultation de 15 minutes nous couta 450 dollars + 90 dollars pour une prise de sang. Les 15 minutes de consultation se résumèrent majoritairement a une discussion façon psy. Après de nombreuses tergiversations au téléphone avec mon assurance pour changer de réseaux nous trouvions enfin des gens compétents et agréables et un hôpital de qualité (le système est complexe et je ne peux pas rentrer dans le détail mais on ne peut pas choisir facilement ses médecins, son hôpital sans obtenir l’approbation très subjective de l’assurance). Point positif concernant les nombreuses visites au gynéco, un seul paiement forfaitaire de 20 dollars fut nécessaire et la prise en charge de seulement 30 % des frais pour prélèvement sanguins. L’accouchement eut quelques complications et nous sommes restés 4 jours à l’hôpital, expérience franchement très bonne avec un super personnel et un lieu très agréable.

L’assurance couvrit tous les frais concernant la maternité et heureusement : la facture s’élevait a 40 000 dollars. Le prix d’une journée d’hôpital peut couter facilement 6000 dollars/jour sans aucuns examens, une pacotille !

Un autre exemple fut une intervention chez un spécialiste de la dévitalisation dentaire, mon dentiste ayant préparé le terrain pour poser une couronne, le spécialiste me fit une intervention uniquement pour dévitaliser le nerf, cela dura 2 fois une heure et la mon assurance ne remboursait que très partiellement les frais a hauteur de 30 % sur 1200 dollars (c’est un peu la loterie les taux de remboursement lors de rendez vous chez les spécialistes). Alors forcement 800 dollars de ma poche ca fait mal, mais wow quel joli pactole pour ce spécialiste qui traite deux patients en même temps (on anesthésie l’un pendant que l’anesthésie de l’autre prend effet). Faites les comptes : 800 dollars en 2 h de temps a deux patients ca nous fait 1600 dollars toutes les deux heures, soit 6400 dollars par journée complète travaillée. A raison de trois jours de travail/semaines on arrive a 19200 dollars, soit en gros 80 000 dollars par mois en ne travaillant que 3 jours dans la semaine. Attention il y avait quand même une assistante, une secrétaire à payer et deux locaux de 6 m2 pour traiter les patients, la pièce la plus grande étant la salle d’attente …

Un dernier exemple vient du témoignage d’un ami américain dont le frère a l’aube de ses 30 années a finit ses études de neurologie en France, de retour aux USA après une semaine de recherche d’emploi pour démarrer sa carrière un hôpital lui proposa deux contrats 600.000 dollars/an pour 4 j/7 ou 1.200.00 dollars/an pour 6j/7. Du haut de sa vision hautement humaniste de la fonction de chirurgien il choisit le contrat 6j/7… Le salaire moyen aux USA tournant a 36 000 dollars /an ont obtient un véritable fossé.

Le voila le problème qui s’est installé aux USA au fil du temps, la valeur première du système de santé c’est le POGNON que peuvent en tirer leurs acteurs : médecins, hôpitaux, assurances, groupes pharmaceutiques, laboratoires, etc. Le pire c’est que tous n’en tirent pas parti et que la compétitivité ne fait pas baisser les prix, elle met en difficultés certains hôpitaux par rapport a d’autres et pénalisent les populations en fonctions de leur localisation. Tu vis dans un quartier moyen l’hôpital est moyen car il ne peut pas attirer autant de client et les clients un peu plus fortunés le fuit pour aller vers des soins plus cher et plus renommés, résultat dans un quartier riche les soins coutent plus cher, puisque ca se bouscule au portillon…

Ce point sur la compétitivité est très important et sert de levier permanent au politique de privatisation, l’ouverture a la concurrence ferait baisser les prix. Ceci est un mensonge pur et simple et tant que les français le goberont la marche vers des systèmes de santé aussi ubuesque que celui des USA se fera irrémédiablement. Je n’ai aucun doute que le travail de sape sur la fonction publique ait pour but ultime de pouvoir atteindre une privatisation du système de santé, tout simplement car cela s’inscrit dans une démarche de récolte de profit et que le pactole est énorme. En fait je ne vois aucune raison que ce glissement ne se fasse pas sous l’impulsion de Sarkozy car les effets visibles ont lieu suffisamment tard pour ne pas remettre en cause une éventuelle réélection en 2012. Le risque pour lui est relativement mineur et il a toujours le fusible du premier ministre comme joker.

Moi qui suit de plus en plus déconnecté de l’opinion française, et qui a tout de même l’espoir de rentrer en France un jour (en partie pour les vertus de son système social) je vous pose la question :

Les français veulent ils vraiment d’un système de santé qui cherche à soulager le poids de leur porte monnaie au détriment de leur santé ?

A lire chez Marianne : « Protection sociale : le pari risque du gouvernement »

Rubrique : Politique


11 Comments

  1. MiKE
    Thursday 10 April, 2008

    250 dollars pour la consultation, et 500 dollars de médicaments génériques !! Moi qui suit chez le voisin du sud [Mexique], je suis relativement content de voir que, même non-assuré, on peut se trouver une “farmacia similares” à 2€ la consultation et 20€ maxi les médicaments !

  2. Carlito
    Thursday 10 April, 2008

    oula, Patron, resert moi une aspirine, non remboursée… tu as tout dit – ou presque – Moi, ma seule expérience d’expatriation dans un pays ultra libéral, c’était en Angleterre, il y a 10 ans…J’arrivais alors dans un pays où on ressentais encore les effets du désastre sanitaire et social organisé par cette chère Margaret Tatcher… un jour je me suis entaillé l’arcade sourcillière, ce qui m’a permis de “tester” les urgences d’un hopital local (Banlieue sud ouest de Londres, pas la pire…). Bref entre la poursuite du modèle britannique et l’admiration sans bornes de notre président pour les USA, on est bien barrés…

  3. Thursday 10 April, 2008

    A propos d’Angleterre j’ai pris connaissance hier, la perte du monopole de la secu, offrant la possibilite au moins demunis de se payer une assurance privee en Angleterre moins cher et couvrant mieux.
    Voila donc un element majeur qui m’etait passe inapercu et qui marque le debut d’un vrai demontage du systeme de solidarite pour favoriser la prise de capital.
    :(

  4. Saturday 12 April, 2008

    Quelques petits compléments à ton (très bon billet)…
    Du fait de mon activité professionnelle, je travaille en relation avec les compagnies d’assurance maladie américaines (et pour des compagnies européennes quand l’un de leurs clients a le malheur d’avoir un pépin de santé lors d’une visite aux US).
    1. ton dentiste ne gagne pas autant que tu le penses: tout d’abord, du fait du système judiciaire américain, il doit souscrire une assurance excessivement chère; d’autre part, comme il fait partie du réseau de “preferred providers” de ta compagnie d’assurance, il a dû négocier un discount avec celle-ci. Dans certains cas, les discounts peuvent s’élever à 60%!
    2. De plus, si une facture d’hospitalisation est véritablement élevée, la compagnie d’assurance négociera en direct le montant des frais avec l’hôpital (procédure d'”arbitration”): on assiste alors à une véritable discussion de marchands de tapis. Pour info, j’ai ainsi réussi à faire passer une facture d’hospitalisation d’un total de plus de 2 millions de dollars à 450,000 dollars pour un patient français. Ce jour-là, j’ai eu l’impression d’avoir fait une part du boulot pour résorber le trou de la sécu! ;-)
    3. Le système d’assurance-maladie américain est tout sauf “libéral”: en effet, les lois anti-trust ne s’appliquent pas à ce secteur d’activité et, donc, les ententes anti-concurrentielles (sur les prix ou les partages géographiques du marché) ne sont pas illicites! Pour info, Obama est le seul à parler de ce sujet (qui fâche car les intérêts financiers sont énormes).
    4. Enfin, le système US marche sur la tête puisque la concurrence ne se fait jamais sur le prix net, mais sur le taux de discount (et la consitution du fameux réseau de prestataires agréés). L’enjeu pour les grandes compagnies d’assurance est de constituer le “network” (réseau de santé) le plus vaste possible pour empêcher l’entrée de nouveaux intervenants sur le marché…

    Au final, le résultat pour les États-Unis, c’est que les dépenses de santé représentent de 14 à 15% du PIB contre 10% en moyenne en Europe… Tout en laissant de côté 40 millions de personnes!
    Définitivement pas l’exemple à suivre…

    Pourtant, il faut aussi admettre que notre bonne vieille sécu s’essouffle et n’est sans doute plus le meilleur système du monde.

  5. MiKE
    Sunday 13 April, 2008

    ” personne en Mai 2007 n’aurait pu anticiper la crise économique de 2008″ .. J’adore ton humour, très second degré !

  6. Sunday 13 April, 2008

    @ Mike : merci pour ton appreciation sur mon humour ;) cca fait toujours plaisir de savir que certains apprecient le ton legerement ironique de certaine de mes remarques…
    Chouette blog que le tien qui vient de s’ajouter a mon agregateur

    @ Avel Mor
    Merci mille fois pour ton complement d’information plus qu’instructif et qui permet de donner une note professionnel a mon temoignage tres provencale.

  7. Charly
    Monday 21 July, 2008

    salut pourrais tu me contacter stp par ma boite mail, j aimerai te poser 2 3 question concernant l assurance américaine >>> merci d avance
    cordialement

  8. Charly
    Monday 21 July, 2008

    Mes interrogations portent sur les remboursements des dispositifs médicaux plus précisemment de la viscosupplementation, autrement dit des seringues contenant de l,acide synovial pour soigner l’arthrose du genoux, sais tu comment ce type de produit est remboursé au etats unis merci d’avance pour ta collaboration.

  9. Monday 21 July, 2008

    @ Charly
    Le remboursement est generalement defini en fonction de l’assurance choisie. Si ces soins ont un cout relativement eleve, il se peut que l’assurance refuse de te couvrir tout simplement, ou alors pour un tarif mensuel tres important. Et mentir sur un antecedent medical lorsque l’on souscrit a une assurance peut etre sanctionne penalement, sans parler de la radiation et de la difficulte a trouver par la suite une autre assurance.
    Ensuite sur le soin specifique dont tu parles je ne peux pas vraiment dire si en general les assurances prennent en charge ou pas. Toutefois je suis tombe sur ce lien (en anglais) qui parles de quelqu’un ayant ce genre de soin et qui est couvert avec Blueshield, une des assurances les plus connue( c’est la mienne aussi):
    http://musingsfromtheleftcoast.....rance.html

    Resultat il fut rembourse pour les premieres injections ( c’est souvent le cas) et pas pour les suivantes ( considerant probablement le medicament comme un medoc de confort, donc a leurs yeux une depense pas indispensable). A noter le shot non rembourse coutent 500 dollars… ouch…

    J’espere que cela aura pu t’aider

  10. charly
    Tuesday 22 July, 2008

    je te remercie pour ton aide qui me sera précieuse
    bien á toi>

  11. Tuesday 13 January, 2009

    Article très intéressant. Il est vrai que la sécurité sociale se désengage de plus en plus pour les remboursements des soins de santé…

2 Trackbacks

  1. […] déjà partie de ma blogroll), Alambic’up, On ne pourra pas dire qu’on ne sait pas, Café Croissant, Betapolitique, Journal Vigilance, Sarkonneries.fr (un terme que j’avais utilisé dès la fin […]

  2. […] Reste un sujet que personne n’aborde dans les médias et qui pourtant reste l’un des plus préoccupant : la réforme des hôpitaux publiques et du système de santé français. Les hôpitaux virent à la gestion d’entreprise et par conséquent à la course aux profits, au détriment des patients et de la qualité des soins, et la sécurité sociale est sur le déclin avec des patients qui doivent mettre de plus en plus la main à la poche. Les personnels hospitaliers grognent mais on ne les entend pas et 1 français sur 10 ne se soigne déjà plus… L’avenir ? Il est ici et encore plus édifiant ici […]