Ingrid Betancourt est libre, ainsi que 14 autres otages

Tous les médias Français, Colombiens ne parlent que de cela et la nouvelle a deja fait le tour du monde des rédactions.
C’est une très bonne nouvelle pour sa famille, franchement cela fait plaisir de voir qu’il est encore possible de libérer des otages sans effusions de sang (lisez le récit du déroulement de l’opération)

Revenons sur cette journée:

Tout d’abord la stupéfaction en découvrant l’annonce officielle en vidéo du Ministre de la Défense Colombien.
Ensuite, un peu plus tard dans la journée (les évènements ont pris place dans l’après midi pour moi en raison dudécalage horaire) écoute attentive des discours de Nicolas Sarkozy, des enfants de Betancourt et de sa sœur, tous visiblement très émus (qui ne le serait pas). Un bon point pour le président qui ne s’est pas vautré dans la récupération outrancière de l’évènement, qu’a cela ne tienne le Figaro lui insiste bien de son coté sur le rôle essentiel de Carla Bruni-Sarkozy (ce passage m’a bien fait sourire)

Nicolas Sarkozy et son épouse Carla ont tous les deux parlé à Ingrid Betancourt. Le président lui a dit qu’une équipe médicale se tenait à sa disposition. Elle a remercié la France et particulièrement Carla Bruni-Sarkozy, pour sa présence à la “marche blanche” organisée le 6 avril à Paris pour demander sa libération.
source le figaro

Les premières images des retrouvailles avec la mère de Ingrid et son mari furent très touchantes, suffisamment pour que les commentateurs puissent sur-jouer la scène, montrant notamment l’ex Otage dans une santé bien meilleure que ce que les dernières nouvelles avaient rapporté. Il n’y a pas de polémiques a développer sur ce sujet, elle a très bien pu être soignée et nourrie de manière indirecte par les quelques agents infiltrés, ou alors encore plus raisonnablement, les médias relayant les informations alarmistes des mois précédents en ont rajouté a la louche.
Par la suite une prière “spontanée” aura lieu, mais la présence de l’aumônier tout accaparé me fait franchement pencher pour de la mise en scène de la part du comité d’accueil.

après plusieurs interventions en espagnol, Ingrid Betancourt nous gratifie de ce discours concis en français :

Et la quelques détails sont fort intéressants:
Il semble qu’elle ait eut finalement beaucoup d’informations malgré son isolement, et nous apprenons dans ses déclarations qu’elle a pu écouter les messages radios des familles des otages. J’ai lu des commentaires sur divers sites d’information mettant en doute le caractère récent de sa libération en raison de son discours très lucide ne laissant transparaitre le choc de 6 ans de captivité, et son apparence peu affaiblie. Je crois que cela est très “capillotracté” et quand bien même la libération aurait eut lieu il y a 3 semaines, je n’y vois pas une grande importance.

On notera les remerciements gradués pour Sarkozy, mais plus insistant pour Chirac ou pour son ami Dominique de Villepin (dont elle fut l’élève a l’Institut d’études politiques). Joli pied de nez pour le petit Nicolas sur ce coup la. Bon je sais, je suis mesquin, mais c’est mon ressenti.
Et puis cette phrase tout a la fin qui soulève en moi une multitude de questions:
“je vous porte dans mon sang, je suis a vous, Merci la France”

Ingrid est française par son premier mariage, et ses racines françaises de part son père remontent assez loin, de la a dire “je suis a vous” c’est un tout autre débat. Est ce la une sorte de syndrome de Stockholm, un besoin de se soumettre a une autorité après sa très longue captivité? est ce un message adressé aux médias, ou a de Villepin lui même :) ?
J’ai trouvé ces quelques mots très étranges, je serais curieux d’avoir votre avis a ce propos. Car par ailleurs, il faut noter que la France est loin d’être sa priorité, bien entendu elle va revoir ses enfants aussitôt que possible, mais sa vie, son engagement sont en Colombie :

Le monde rapporte cette phrase :
“Merci la Colombie, merci la France. Nous les Colombiens nous savons que nous avons des frères de l’autre côté de l’Atlantique”, a conclu Ingrid Betancourt
Puis le Figaro , celle ci :
“J’aspire à servir la Colombie comme présidente” déclare Ingrid Betancourt.

Nombreux sont ceux qui ce sont plaint de la sur-médiatisation de l’otage Betancourt, probablement a juste titre si on met cela en perspective avec le peu de soutien médiatique aux centaines d’autres otages en Colombie, aux dissidents emprisonnés en Chine, aux conflits Africains dont on ne fait que commenter l’actualité plutôt que d’appeler a la mobilisation et j’en oublie. Cette médiatisation en France a ses rouages : son amitié avec De Villepin, mais aussi Astrid, la soeur de Ingrid, est mariée avec Daniel Parfait, ancien ambassadeur de France en Colombie de 2000 à 2004, et depuis 2004 directeur des Amériques, s’occupant notamment du dossier colombien au Quai d’Orsay. Pouvons-nous vraiment exprimer un quelconque jugement vis a vis de cela , je ne crois pas, n’importe quelle famille aurait fait marcher ses relations dans un tel contexte. Et la prise de risque de la part de Ingrid Betancourt qui a mené a sa capture n’est pas non plus une excuse valable pour réfuter la nécessité d’une large mobilisation. Toutefois cette médiatisation en France aura fait couler beaucoup d’encre au point de saturer une partie de l’opinion, aura permis a de nombreuses personnalités de s’engager dans un combat qui ne leur a pas demandé un courage fantastique en terme de prise de position politique. Je ne leur jette pas la pierre, mais j’espère qu’ils auront tout autant de cœur et d’acharnement pour d’autres combats.

Pour autant les faits sont la, c’est l’armée Colombienne qui a délivrée ces 15 otages, la part de responsabilité de la diplomatie française semble bien faible (ne parlons pas de nos divers fiascos que ce soit avec Villepin ou plus récemment avec l’avion médicalisé).

Alors que se réjouissent ceux qui n’en pouvaient plus de voir Ingrid Betancourt dans tous les médias, leur calvaire est presque fini, car une fois l’évènement de cette semaine englouti, quand Betancourt reprendra son engagement politique en Colombie, nulle doute que les médias français couperont la perfusion.

Pour ma part je lui souhaites de profiter de sa liberté, et si c’est son souhait de pouvoir accèder un jour a la présidence de Colombie, car c’est ce pays qui a besoin d’elle surement pas la France.

Rubrique : Actualités, International


4 Comments

  1. Thursday 3 July, 2008

    INGRID BETANCOURT : UN SUCCES MEDIATICO-COMMERCIAL

    La libération de madame Bétancourt est en soi un fait anecdotique et ne concerne réellement que la personne elle-même et son entourage. Le reste est pur matraquage médiatique de la population. Cette histoire n’aurait jamais dû concerner les millions de lobotomisés télévisuels mais exclusivement les gens qui étaient dans la partie : famille, amis, proches politiques.

    Il ne s’agit pas des funérailles de Hugo ici, juste d’une épopée médiatico-pseudo-politique, voire simplement mondaine. Un roman-feuilletons créé par de vaniteux journalistes.

    Les médias ont pris en otage des millions de personnes qu’ils ont captivées artificiellement avec leurs méthodes habituelles de manipulations des esprits. Après le grand matraquage des masses, ce sera l’adoucisseur larmoyant qui incitera à faire écouler un pavé relatant les six ans de captivité de Bétancourt, pavé publié en centaines de milliers, voire en millions d’exemplaires.

    Bref, un excellent coup d’édition que les petits Machiavels de la presse devaient préparer depuis longtemps. Sa libération devait être attendue, commercialement parlant, depuis des années. Plus sa captivité durait, plus l’affaire prenait de la valeur. Le vin a bien vieilli depuis six ans, il n’en sera que meilleur en “produit-culturel” star des supermarchés.

    Ce sont les médias et les médias seuls qui avec patience et perversité (saupoudrées d’une bonne dose de gravité étudiée) ont fait entrer dans le crâne de qui le voulait bien des vérités unilatérales, uniformes, univoques et racoleuses. Ils ont réussi à faire croire à des millions de gens qui étaient au départ parfaitement étrangers à cette affaire que Madame Bétancourt était leur cousine, leur camarade de classe, leur voisine de palier.

    Sous prétexte d’humanisme les “créateurs d’actualité” ou “décideurs d’événements” monopolisent un fait, le médiatisent à l’échelle mondiale pour mieux niveler les sensibilités, les opinions et finalement faire converger les vues vers un seul horizon : celui choisi par eux, les médias.

    Fatalement vendeur.

    Aujourd’hui Bétancourt, à qui le tour demain de servir de prétexte au “média-marketing” ?

    La libération de madame Bétancourt est un immense soulagement, je ne le conteste pas. Mais uniquement pour les gens concernés : otages, familles, amis. Pas pour les Marcel Dupont se croyant investis d’une mission dupontesque largement orchestrée par les médias avides de pouvoir, d’actualités à leur avantage, de vision du monde à sens unique…

    Je n’ai aucune haine, juste une rage saine contre les manitous de la manipulation médiatique qui ont l’art de créer des événements à la mesure de leur intérêts mercantilo-vaniteux.

    Je refuse de me faire lobotomiser par un groupe de prétendus journalistes-humanistes à la solde des marchands de lessive. Madame Bétancourt est une invention médiatique à but lucratif en sens large du terme : faire tourner la machine à “news”.

    L’exploitation éhontée de l’affaire Bétancourt à l’avantage de faire bêler les populations dociles, de détourner leur attention, de leur faire penser à autre chose qu’à l’essentiel. Les journalistes sont des charognards prêts à toutes les manipulations pour se sentir exister, tirant profit des causes les plus “flatteuses” pour ennoblir la profession à bon compte.

    Certains prétendent que c’est l’opinion publique qui a libéré l’otage…

    Faux !

    Et quand cela serait vrai, est-ce une raison suffisante pour prendre en otage des millions d’esprits à des fins strictement privées, artificiellement montées en affaire d’Etat ?

    Cette prise d’otage est à l’origine une affaire policière et non politique. Ce sont les médias qui ont fait de cette histoire une priorité nationale. Ce sont eux qui ont “réquisitionné” l’opinion, créé l’événement à des fins journalistiques. Bref, tout ceci n’est rien qu’une opération médiatique parfaitement arbitraire, savamment ciblée pour servir les intérêts d’une corporation. Les français dupes, pauvres moutons conditionnés par les médias, se réjouissent de la libération de celle qui il y a six ans encore était une parfaite inconnue… Vaste mascarade ! On fait pleurer dans les chaumières pour cette histoire mondaine pendant que le clochard du coin n’a droit à aucune attention médiatique, lui qui est pourtant pris en otage économique depuis, 10, 15, 20 ans par la société parfaitement indifférente sur son sort. Evidemment, Dédé Lacloche le SDF du quartier qui fait la manche à la sortie des magasins, c’est moins vendeur, moins romantique, moins à la mode que Ingrid Bétancourt, otage de “qualité, faire-valoir de la “pensée de référence” au visage bien photogénique et femme nécessairement “courageuse”.

    Bref, Bétancourt est un otage télégénique susceptible d’être reçu avec le tapis rouge.

    Les médias, pervers, manichéens, sélectifs, ont fait insidieusement passer Bétancourt pour une héroïne par le simple fait de son statut d’otage. En six années d’habiles manoeuvres journalistiques quasi subliminales, le fait est établi dans les esprits.

    A quand la légion d’honneur pour Bétancourt ?

    Qu’on me laisse au moins la liberté de ne pas penser selon les normes de cette “presse émotive”. L’affaire Bétancourt est un pur produit médiatique.

    Moi, je suis un bel esprit, autrement dit un lion. Et surtout pas un âne, encore moins un mouton.

    Mes détracteurs qualifient les FARC de méchants terroristes… Objectivement ils ne sont pas plus terroristes que les Résistants de la Seconde Guerre Mondiale, considérés eux aussi comme tels à l’époque par Vichy. Les hommes du FARC, même si ce sont des criminels, ont leurs raisons d’agir ainsi. Même si je n’approuve pas leurs méthodes, ils ont leur vérité et je peux comprendre que l’on puisse penser et agir à contre-courant des masses civilisées. Les états utilisent eux-mêmes les méthodes criminelles les plus ignobles pour maintenir leur légitimité de nantis et personne ne semble s’offusquer de la chose. La prolifération de la détention de l’arme atomique en est le meilleur exemple.

    On qualifie les preneurs d’otages de terroristes. Derrière le mot TERRORISTE la réalité n’est pas toujours toute noire ou toute blanche.

    Bref, le point de vue de mes contradicteurs n’est pas le leur mais celui instillé par les médias.

    La presse demande à la population française de s’apitoyer sur le sort de Bétancourt et le peuple gagné d’avance par le discours des “gentils journalistes anti FARC” bêle en choeur ! Les médias auraient demandé de mobiliser la sensibilité nationale pour Dédé Lacloche le SDF du coin, aujourd’hui l’opinion publique ne jurerait que par Dédé Lacloche…

    A partir du moment où la population dans son ensemble suit l’ornière des sentiments médiatiques, plus de place à l’esprit critique !
    Pour en revenir à Dédé Lacloche qui semble décidément n’intéresser aucune de ces belles âmes réglées sur les mouvements de la baguette médiatique servant une musique bien sucrée, certes il n’est pas photogénique, certes il pue, certes il bredouille quand il a bu et qu’il fait la manche au coin de vos rue. Aucun caméraman ne fait de gros plans sur sa face rougeaude et pourtant il est là tous les jours, toujours otage de notre système terroriste économique particulièrement injuste, lui et des milliers d’autres. Dédé est à portée de caméra et pourtant aucune ne prend la peine de faire un scoop sur lui.

    Ce sont les médias qui ont choisi pour vous votre sujet d’émoi du jour : ils ne sont pas bêtes les médias, ils préfèrent servir de la Bétancourt plutôt que du Dédé, c’est beaucoup plus fédérateur.

    Beau travail messieurs les journalistes ! Un peuple entier lobotomisé en six années de savantes manoeuvres subliminales…

    Raphaël Zacharie de Izarra

  2. hervé.B
    Thursday 3 July, 2008

    Clap ! clap ! clap !
    Très bonne analyse de cette mise en scène d’otage médiatique.
    J’aimerai bien comparé le message de la journaliste de Libé en Irak après sa libération, avec cette vidéo. On dirait qu’elle estresté 6 heures sous les décombe d’un immeuble, tout propre sur elle, même pas diminuer alors qu’elle était soi-disant presque mort il y a encore quelque mois !
    Foutaise !
    On en revient au sujet précédent, pendant ce tant là le démentèlenent social continu.
    Ce n’est pas la peine d’allumer la TV pour avoir de l’infos maintenant il suffit de regarder les vitrines des maisons de la presse.
    Le problème, c’est en discutant avec des gens qui en regardant les JT pense être éduqué et du coup lobotomisés par ces médias de masse.
    Il n’y plus d’esprit critique dans notre société . Les gens disent tout et leur contraire sans s’en rendre compte.
    C’est Grave !!!!!!!!!!!!!!
    Merci à MR de Izarra de nous avoir éclairer sur ce sujet.

  3. Thursday 3 July, 2008

    bravo aux usa,,aux colombiens et à israel et au comités de soutien betancourt

  4. Thursday 3 July, 2008

    @ RZ de Izarra :
    je vais pas retirer le commentaire, mais a l’avenir un lien vers ton article sera plus judicieux. Et par ailleurs un commentaire plus en interaction avec mon billet m’aurait ete plaisant.
    J’y pose une question qui me semble peu anecdotique quant a ce que pourrait etre la poursuite du tapage mediatique.

    @ Herve: j’imagine que tes claps s’adressent a Raphael.

    en fait vos deux interventions ainsi que ce que j’ai pu lire sur le net depuis ce matin me font prendre conscience de ce qu’une partie de l’opinion exprime vraiment son ras le bol en raison de cette surmediatisation. Mon eloignement me rend observateur de ce phenomene puisque je ne suis pas soumis a la vision d’autant de medias (en particulier televisuelle) que vous ne l’etes.

    Enfin un detail que je voudrais ajouter, sa liberation est en droit de rejouir aussi ceux qui ne sont pas proche de la famille. Pour ma part, la premiere fois que j’ai pris connaissance de son enlevement je n’ai pas considere sa nationalite mais l’injustice d’un enlevement politique qui n’aurait pas du avoir lieu… elle etait credite de 1 % des votes pour les presidentielles, et les FARCS comme les medias ont instrumentaliser la portee de son enlevement.