DSK ouvre le bal des faux-cul

Non pas que Strauss-Kahn soit lui-même un faux-cul, il a guère caché au cours de sa carrière son goût démesuré pour la gente féminine… Mais le défilé des soutiens dans les journaux télévisés de Martine Aubry à Luc Chatel me donne légèrement la nausée. Comme je suis courtois je ne vais pas évoquer dans le détail les honteuses rumeurs qui planent sur le personnage, car effectivement cela concerne sa vie privée… Enfin jusqu’à un certain point, des rumeurs de harcèlement sexuel visant des journalistes seraient à prendre beaucoup plus au sérieux pour être franc, l’utilisation du pouvoir à des fins sexuelles serait un acte grave, n’est ce pas ?

Voilà donc qu’une affaire privée se mêlant à la vie professionnelle de DSK, vient encombrer son activité en tant que patron du Fond Monétaire Internationale, institution fort impliquée dans la gestion de la crise économique actuelle. Il aurait trompé sa femme avec une collègue de travail, Piroska Nagy, au sein du FMI.

Je pris connaissance hier de cette affaire via l’inénarrable Bénédicte Charles dans les colonnes numériques de Marianne 2, qui fait un cas d’école de brassage de vide:

L’incartade du patron du Fonds monétaire international a toutes les apparences d’une non affaire qui permet aux Américains de retrouver leur trio préféré, façon théâtre de boulevard : le mari volage, la femme trompée, la maîtresse aventurière. Bill, Hillary et Monica, saison2.

L’article fustige la méthode interne du FMI qui aurait pris connaissance de l’écart du patron puis aurait ouvert une enquête sur un possible abus de pouvoir concernant les indemnités de départ de la maitresse hongroise. Bien entendu, aucun lien pour se justifier, aucun extrait prouvant les dires… Même pas vers le Wall street journal qui a révélé l’enquête. La journaliste oppose donc une Amérique qui serait puritaine, se choquant au moindre coup de bite et une soit disant déontologie Française qui ne trainerait jamais la vie privée de ces personnages publiques dans ses colonnes… pouahh

Mais ce scandale, ce scandale internationale dont parle l’article de Marianne n’a de proportions qu’en France, les vagues sur cette histoire émergent surtout d’un coté de l’Atlantique. La presse américaine a très peu couvert le sujet et le fera probablement en cas de mise a pied ou de démission. Pour l’instant les USA comme la plupart des autres pays internationaux s’en contrefoutent, il suffit de voir le suivi de la BBC, de CBS qui reprend une dépêche AFP , ou de CNN qui ne mentionne pas l’affaire, seul un lien mène sur une page du Time CNN qui a visiblement été retirée puisque l’article désormais parle uniquement du rôle du FMI dans la crise actuelle. Et puis la dimension de DSK aux USA est quasi nulle, incomparable avec la politisation qui a pu entourer l’affaire Lewinsky. Comparer DSK à Clinton est simplement ridicule , sauf si le référent du scandale est la France…

A lire l’article original, il n’y a rien de proprement scandaleux dans le traitement de l’information qui est simplement développée dans le détail et suivant les méthodes politiques de bas étages telles que les emploient les journaux conservateurs. Il est évident que l’investigation au sein du FMI a été engagée du fait du précédent causé par Paul Wolfowitz à l’époque directeur de la banque mondiale, qui avait consentie une augmentation de salaire à sa maitresse et collègue. Ce néo-conservateur qui a été un des artisans de l’ascension de Bush à la Maison Blanche et un fervent défenseur de la morale religieuse, ne pouvait en toute logique que démissionner de son poste …

Il est tout aussi évident que cette affaire donne des opportunités au sein du FMI pour opérer des mouvements politiques dans cette période de crise magistrale. D’autant plus qu’une partie de l’aile pro républicaine du FMI aimerait pouvoir se débarrasser de DSK, en conclure que c’est le puritanisme des USA face au libertinage des français c’est du niveau du caniveau. Il s’agit pas de culs bénis, mais plutôt de faucons qui cherchent à manœuvrer et ce n’est pas un hasard que le Wall Street Journal est sorti l’affaire avant tout le monde. Ce matin le même journal publie des détails à propos d’une seconde enquête d’abus de pouvoir impliquant DSK, cette fois-ci sans évoquer de liaison privée.

En revanche la presse française elle exploite le filon, et se démene pour rentabiliser la couverture bidon sur The International Monetary Fund … Gate. Préférant mettre l’accent sur le caractère sexuel finalement que sur l’éventuel problème juridique qui y est lié, nos journalistes montent de toute pièces la caricature qu’ils veulent dénoncer et dont ils sont les acteurs principaux.
A ne pas louper non plus sur le sujet le billet de DonJipez

Rubrique : Actualités, International


10 Comments

  1. Tuesday 21 October, 2008

    Merci de ton renvoi vers ma note :-)

    La théorie reprise par ses partisans du complot US (ou plutôt russo-japonais) pour se débarrasser de DSK, si je ne l’exclue pas ne me parait quand même pas très crédible. Je ne pense pas que ce blairiste (pour faire vite) soit ressenti comme une menace par les acteurs majeurs du système. Et pour accéder à un tel poste il faut avoir été adoubé par quelques cénacles de banquiers et autres, de Bildeberg à Davos, sans oublier des soutiens comme celui de Sarko.

    Marianne me parait en effet bien gêné aux entournures et Quatremer (Libéblogs) a rappelé les critiques de ce titre lorsqu’il avait relevé le goût prononcé de DSK pour les femmes. Je crois surtout que ce n’est pas qu’il ait trompé sa femme qui gênerait côté US mais qu’il ait usé de la fonction pour y arriver et/ou attribuer des avantages (voire régler ses comptes).

    Il n’y a pas pudeur là bas et esprit gaulois ici. Mais manque de sens politique (après tout, la ville est assez grande pour ne pas se contenter d’une aventure au bureau). C’est vrai que les rumeurs courent et qu’on s’en fout un peu : que tel élu soit homo, partouzeur ou je ne sais quoi ne regarde que sa vie privée. Mais une presse qui ferait vraiment son métier mettrait en relief l’opposition entre l’image affichée dans les magazines et les meetings et la réalité. Tout simplement. Et à ce jeu là on est finalement assez puritains de ce côté de l’Atlantique et amateurs d’auto censure.

    Il y a aussi le manque d’élégance de placer son épouse dans une telle situation car si elle l’accepte, cela ne veut pas dire non plus qu’elle admette que tout le monde en soit témoin.

    Avec l’affaire de la stagiaire c’est surtout des moeurs bien franco-français et pas très ragoûtantes qui remontent : on place la fille des copains… Pour le reste, et certains semblent le dire, malgré la différence des cultures, un “serial baiseur” qui utilise certaines méthodes n’est rien d’autre qu’un vulgaire harceleur.

  2. Tuesday 21 October, 2008

    Attention je ne cherche pas du tout a souligner un complet, mais il serait naif de croire que les parties politiques ne manoeuvre pas avec les journaux partisans. Et le Wall street journal n’est pas connu pour son centrisme modere :)

    L’enquete a effectivement etait ouverte simplement parce que la loi interdit la pratique dont DSK est soupconne. L’affaire de cul elle meme a aboslument aucun retentissement outre atlantique. La couverture mediatique des peignes cul francais est tout simplement effarante… Finalement ceux sont les medias francais qui font du mal en relayant l’affaire dans toutes les colonnes sous le pretexte de faire la morale aux mechants medias moraux americains. Ceux sont bel et bien les journaux francais qui humilient DSK, Sinclair, la maitresse hongroise et son mari argentin…

    Le nepotisme est litteralement accepte en France au sein des entreprises, au sein du monde mediatique, comme une poursuite au travers de la bourgeoisie d’un esprit aristocratique dont finalement nous tirons une certaine fierte. C’est triste et largement condamnable

  3. Tuesday 21 October, 2008

    Le Wall Street Journal serait de droite ? :)

    Je suis en accord avec tes propos et notamment (car un peu mêlé à un tout petit niveau à ça) sur le comportement de donneurs de leçons d’une presse française qui ne fait pas son boulot (si on devait parler du gout pour les aventures de DSK, ou d’autres, c’est quand on le prend complaisament en photo au petit dej’ avec sa femme en pleine campagne), critique celle US sans avoir vraiment étudié ce qui est reproché à DSK et profite de l’occase… pour en faire des tonnes dans l’impudeur.

    Pour se marrer un exemple du système français et d’un népotisme qui évolue guère (au-delà de la promo canapé, le système des copains et des coquins reste en vigueur dans bien des entreprises): http://donjipez.20minutes-blog.....38299.html

  4. Atomk
    Wednesday 22 October, 2008

    Pas de quoi fouetter un chat. DSK, sans rire, devrait porter plainte pour harcellement. La première affaire ne révélant aucun favoritisme on en invente une seconde . Qu’on arrache le masque des dénonciateurs, que soit exposé leur mobile et on découvrira un monde ni joli ni honnête

  5. Wednesday 22 October, 2008

    @ Donjipez : de droite ? ultraliberal dirons nous :) …mais comme Murdoch a rachete le journal et que celui ci ces derniers temps fait les yeux doux a Obama, on dira que le journal est passe de neo conservateur a conservateur …

    Au dela du donnage de lecon ce qui est ridicule c’est que le donnage de lecon s’effectue dans le vide, j’insiste encore une fois sur la proportion tres faible de medias aux USA qui s’interesse a l’affaire DSK :)

    @ Atomk
    clairement pas de quoi fouetter un chat, le FMI qui est un organisme avec bcp de pouvoir politique et dont l’action est largement critiquable, fonctionne magre tout suivant des regles, et l’affaire dans laquelle DSK s’est fourre lui vaut d’etre au centre d’une enquete interne. Il s’y est fourre tout seul, piree on va pas non plus le dedouanner, il a un peu deconne au passage, enfin disons qu’il a ete fidele a lui-meme.
    Pour autant meme si il y a des leviers de pression au sein du FMI pour avoir sa tete, la mise en lumiere de l’affaire se fait surtout dans le microscosme francais, le reste du monde s’en bat les couilles de DSK et Anne Sinclair … Les coupables de la surmediatisation et du travail de sape de l’image de DSK jete en pature au public sont a chercher en France… DSK avait des ambitions pour 2012 (bien que je doutais fortement de ces chances de victoire), l’interet de la surexposition (meme sous couvert faux cul de soutien) se trouve donc au sein de la politique interne a la France. Taper sur les USA au passage c’est une maniere de se deresponsabiliser pour les fouilles merdes qui ne font jamais leur boulot sur les dossiers qui comptent.

  6. Wednesday 22 October, 2008

    Voila de quoi revenir sur le sujet avec de multiples observations … ca fait plaisir de voir Arret sur Images faire encore une fois le boulot comme il faut :
    http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=1313

    “Il faut rappeler qu’en ayant eu des relations sexuelles avec une subordonnée, DSK a violé deux articles du code d’éthique interne du FMI. En France, on fait passer ça pour de la gaudriole. Mais le FMI, c’est 185 pays, parmi eux certains avec des traditions différentes des nôtres. On est dans la cour des très très grands “!

  7. Thursday 23 October, 2008

    Plus qu’une histoire de cul, c’est une histoire politique. Le Wall street Journal a fait campagne contre DSK jugé trop rouge pour l’Institution. L’économiste mari de la hongroise était l’un des noms pressentis pour concurrencer DSK.
    Et puis il ne faut pas oublier que DSK veut changer le FMI à ses premiers amours d’Institution néo-keynesienne loin des dogmes néo-libéraux voire néo-monétaristes.

  8. Thursday 23 October, 2008

    @abadinte
    Salut, content de te voir reagir dans les commentaires :)
    Je rejoins ton point de vue visant effectivement a une instrumentalisation politique, chose tres courante au sein du FMI. Mais si DSK avait vraiment voulu changer celui-ci il aurait eut les idees autres part que dans les jupons de sa collegue… Il est peu excusable de ce poitn de vue la, mais il est evident que la mediatisation est une resultante politique, a ce niveau la d’ailleurs avec bcp plus de resonnance en France qu’aux USA

  9. Friday 24 October, 2008

    Oui ça m’arrive de faire des commentaires :)

    Ce n’est pas pour excuser DSK mais je connais des types obligés de fumer pour réfléchir, d’autres de dormir, d’autres de manger, lui c’est d’avoir le nez au niveau… (bon je m’arrête là)

  10. Friday 14 January, 2011

    J’aime beaucoup l’idée de abadinte, peut-être qu’il a raison. De toute façon avec ce qu’il c’est passe durant l’année 2010 DSk mérite bien sa renomme.
    Je pense même que son poste devrait être modifié….